Shoe Addicts- Beth Harbison

photostudio_1487597021778

le-resume

«Dans leur domaine, ces quatre-là font la paire. Pas un escarpin, pas un soulier, une mule, une ballerine, n’échappent à leur vigilance. Ni à leur carte bleue. En matière de chaussures, personne ne leur arrive à la cheville. Quel que soit l’état de leurs finances ou de leurs amours, Lorna, Hélène, Sandra et Joss se damneraient pour une paire de sandales, pourvu qu’elles soient au goût du jour. Une passion commune dont elles ont fait un club… Mais un talon haut ne suffit pas toujours à remonter un moral à plat : au-delà du simple échange de mocassins, c’est leur vie qu’elles se mettent bientôt à partager. Toutes ensemble, elles se mettent à rêver d’une existence à leur pointure… ça ne coûte rien d’essayer ! »

monavis

J’ai choisi Shoe addicts dans ma Pile à lire parce que j’ai décidé que tous les mois, j’allais lire un livre qui traîne depuis trop longtemps à côté de mon lit. Je ne me souviens même plus quand je l’ai acheté, c’est dire… Etant moi-même accro aux chaussures, je me suis complètement reconnue dans ce titre et c’est d’ailleurs sans doute pour cela que j’ai fini par l’acheter. Mais attention, dans ce roman de Beth Harbison, il est plus question de Louboutin et de Chloé que de baskets et de boots à talons plats.

Lorna est une accro aux chaussures de marque. Elle les collectionne, tout comme les cartes de crédit qu’elle n’arrive plus à rembourser avec son job de serveuse. Un soir de déprime, elle poste une annonce sur un site internet en créant le club des Shoe Addicts Anonymes, sans vraiment y croire. Pourtant, d’autres femmes, chaussant elles aussi  du 7.5, vont se retrouver dans cette annonce et passer la porte du petit appartement de Lorna.

Parmi elles, Hélène, l’épouse d’un sénateur qui ne supporte plus la vie qu’elle mène, ni son mari d’ailleurs ! Sandra, l’opératrice de téléphone rose agoraphobe qui a décidé de se reprendre en main et Jess, nounou au sein d’une famille riche et tyrannique, qui cherche à s’échapper durant ses jours de congés.

Celles qui n’avaient l’impression de n’avoir qu’une pointure et l’amour des belles chaussures en commun vont devenir des amies et se soutenir.

Shoe addicts m’a fait penser au Premier jour du reste de ma vie de Virginie Grimaldi. On y retrouve un peu les mêmes ingrédients : des femmes qui se sentent seules et qui se trouvent à un moment charnière de leur vie, des femmes qui se serrent les coudes et vont de l’avant. J’ai passé un bon moment avec ce roman, qui n’est pas inoubliable, mais qui met de bonne humeur. Une jolie surprise et en plus, je n’ai même pas eu envie de m’acheter de chaussures à la fin (enfin, presque pas).

Shoe addicts – Beth Harbison – Pocket

Les salauds devront payer – Emmanuel Grand

photostudio_1490187617012

le-resume

« Wollaing. Une petite ville du Nord minée par le chômage. Ici, les gamins rêvent de devenir joueurs de foot ou stars de la chanson. Leurs parents ont vu les usines se transformer en friches et, en dehors des petits boulots et du trafic de drogue, l’unique moyen de boucler les fins de mois est de frapper à la porte de prêteurs véreux. À des taux qui tuent… Aussi, quand la jeune Pauline est retrouvée assassinée dans un terrain vague, tout accuse ces usuriers modernes et leurs méthodes musclées. Mais derrière ce meurtre, le commandant de police Erik Buchmeyer distingue d’autres rancœurs. D’autres salauds. Et Buch sait d’expérience qu’il faut parfois écouter la petite idée tordue qui vous taraude, la suivre jusque dans les méandres obscurs des non-dits et du passé. »

Lire la suite

Les petites filles – Julie Ewa

photostudio_1490034590415

le-resume

« Bénévole dans une association qui s’occupe d’enfants, Lina est partie poursuivre ses études à Mou di en Chine. Thomas, lui, enquête pour une ONG sur les disparitions d’enfants (principalement des petites filles) qui sévissent depuis des décennies dans cette région reculée. La jeune femme accepte de lui servir d’espionne sur place où elle découvre vite les ravages de la politique de l’enfant unique. Mais ses questions vont semer le trouble dans le village. Quand un mystérieux assassin se met à éliminer un à un tous ceux qui semblaient savoir quelque chose, elle comprend que le piège est en train de se refermer sur elle…
Réseaux d’adoption clandestins, mafias chinoises, trafics d’organes, prostitution… oscillant entre passé et présent, un thriller dépaysant, remarquablement documenté, qui nous conduit au coeur d’une Chine cynique et corrompue où la vie d’une petite fille ne vaut que par ce qu’elle peut rapporter. »

Lire la suite

Les pages du serpent – Jessica Cornwell

photostudio_1489947590985

le-resume

« Barcelone, été 2003 : quatre femmes sont assassinées, leurs corps, mutilés. Neuf lettres d’un alphabet cryptique ont été gravées dans leur chair, et leur langue a été coupée. La dernière victime est la célèbre comédienne Natalia Hernández. Le soir du meurtre, une caméra de surveillance la filme inanimée dans les bras d’un homme retrouvé noyé quelques jours plus tard.
Barcelone, hiver 2014 : Anna Verco, jeune chercheuse américaine en histoire médiévale, accepte d’aider l’inspecteur Fabregat, désormais à la retraite, qui n’a jamais perdu l’espoir de résoudre l’affaire Hernández. Ensemble, ils reprennent l’enquête. Les recherches d’Anna mettent bientôt au jour une connexion entre les meurtres et un texte remontant à l’époque du Christ, écrit dans une langue inconnue : Les Pages du Serpent. » Lire la suite

Qui veut la peau d’Anna C. ? – Sophie Henrionnet

photostudio_1489068417243

le-resume

« La trentaine, Marie est une célibataire endurcie. Bibliothécaire modèle, elle apprend un jour une formidable nouvelle : son odieuse supérieure est morte étouffée avec un beignet. Enfin l’avenir lui sourit, enfin elle va accéder au poste de directrice. Mais, au lieu de promouvoir l’employée modèle, le grand patron nomme la maîtresse du maire, belle à tomber mais bête comme ses pieds.
Et puisque la poisse est généreuse, Marie se trouve mêlée à un incroyable quiproquo. Un soir, pour chasser un ado boutonneux lui faisant des avances, elle prétend s’appeler… Anna Costello, un nom entendu par hasard. Peu après, elle se retrouve traquée par des malabars recherchant justement une certaine Anna Costello ! Mais qui est donc cette Anna C. ? Pour se sortir de cette embrouille, la sage bibliothécaire peut compter sur l’aide du séduisant Grégoire, un architecte SDF qui a volé à son secours. Ils ne seront pas trop de deux pour l’aider à reprendre sa vie en main…
Se faire passer pour quelqu’un d’autre est rarement une bonne idée…»

monavis

Ce n’est un secret pour personne : j’adore Sophie Henrionnet. Je réalise d’ailleurs que la plupart de mes auteures favorites s’appellent Sophie : Sophie Kinsella, Sophie Hénaff et Sophie Henrionnet (j’aime aussi beaucoup Sophie Audouin-Mamikonian). Coïncidence ? Je ne pense pas.

Quand j’ai appris que Sophie Henrionnet sortait un nouveau roman, j’ai noté la date dans mon agenda et comme la vie est bien faite, j’avais rendez-vous dans une librairie tourangelle le jour de la sortie de Qui veut la peau d’Anna C. ?

Et cette fois-ci, contrairement à mon habitude qui consiste à garder pour plus tard les livres que je sens que je vais adorer (au cas où, comme une trousse de secours), je n’ai pas attendu longtemps pour le lire.

Ce que j’adore dans les romans de Sophie Henrionnet, c’est qu’ils nous racontent des histoires à la fois loufoques et touchantes, drôles et attachantes, avec des personnages tellement sympathiques que l’on a qu’une seule envie : leur ressembler. Ça a été le cas avec Olympe McQueen dans Tout est sous contrôle, dont je vous ai parlé la semaine dernière et c’est à nouveau le cas avec Marie dans Qui veut la peau d’Anna C.?

Marie, bibliothécaire trentenaire, semble sur le point de vivre la plus belle semaine de sa vie. Son horrible cheffe vient de mourir étouffée par un beignet (!) et elle pourrait donc avoir la promotion de ses rêves et la place de parking qui va avec et sa cousine lui a arrangé un rendez-vous avec un beau Grec. Que demander de plus ? Et pourtant, rien ne se passe comme prévu… La promotion lui passe sous le nez au profit de la maîtresse du Maire, une nana sympa mais con comme un manche, et son rendez-vous tourne au cauchemar quand elle manque de se faire kidnapper. Quelle idée aussi d’avoir donné un autre nom que le sien pour se débarrasser d’un dragueur relou, surtout un nom qu’elle a entendu comme ça par hasard au détour d’une conversation !

Poursuivi par des types qui ont l’air d’en vouloir à cette Anna C., Marie se retrouve donc en mauvaise posture, mais elle va pouvoir compter sur un architecte SDF et un flic un peu trop sûr de lui pour démêler cette histoire qui devient vraiment dangereuse.

Ce roman est vraiment super. J’ai passé un moment génial et sans prise de tête avec Marie, qui n’a pas son pareil pour se fourrer dans des situations improbables. On rit. Et ça fait du bien, mutin de mordel de l’herbe ! (comme dirait Marie). Et en même temps, il y a un bon scénario et de très bons personnages secondaires, comme Gilbert, ce papy bourru et la mère de Marie – quand on la rencontre, on comprend pourquoi Marie a ce petit grain de folie qui la rend si sympa. Et il y a aussi de la romance, ce qui rend ce livre si léger (mais pas que). Bref, je vous le conseille mille fois. La seule chose qui me rend triste maintenant, c’est de savoir que je l’ai déjà lu et que je ne pourrai donc plus le découvrir. Mais heureusement, j’ai un autre roman de Sophie Henrionnet dans ma PAL (Les mondes de l’arbre) et je n’ai toujours pas lu son premier roman, Drôle de Karma. J’ai encore un peu de marge, avant d’être en manque. Mais quand même.

Qui veut la peau d’Anna C. ? – Sophie Henrionnet – City Éditions