Tony Hogan m’a payé un ice-cream soda avant de me piquer maman – Kerry Hudson

 tony-hogan-m-a-offert-un-ice-cream-soda-avant-de-me-piquer-maman-kerry-hudson

le-resume

« Accueillie dans ce monde par une flopée d’injures, la petite Janie Ryan est vite projetée au milieu de cris, de fumées de cigarettes, de vapeurs d’alcool,mais aussi de beaucoup d’amour. Dans une langue saisissante et originale, elle remonte à ses premiers jours pour nous raconter sa jeunesse écossaise, de centres d’accueil en HLM minables et autres bed and breakfasts douteux… Alcool, drogue, fins de mois difficiles et beaux-pères de passage : rien ne lui est épargné. Mais, toujours prête à en découdre, Janie se débat, portée par un humour féroce et la rage de se construire une vie correspondant à ses attentes. Kerry Hudson réussit ici l’exploit d’être à la fois drôle et triste, tendre mais jamais larmoyante. Un premier roman ébouriffant, comme son héroïne. »

monavis

J’ai emprunté Tony Hogan m’a payé un ice-cream soda avant de me piquer maman sur les conseils de l’une des bibliothécaires de la ville où je travaille (et il faut dire que j’adore les titres à rallonge). J’avais bien apprécié ses précédents conseils de lecture, je l’ai donc embarqué les yeux fermés, même si je ne suis pas forcément tentée par ce genre d’histoires, qui ressemblent à des films de Ken Loach. Comme je suis ultra sensible, des histoires dans lesquelles les adultes boivent, claquent leurs allocations en dope et s’occupent de leurs mômes quand ils se souviennent qu’ils en ont, me rendent trop tristes.

Mais dans Tony Hogan m’a payé un ice-cream soda avant de me piquer maman, ce qui frappe c’est le ton, plutôt léger. Kerry Hudson a fait le choix de faire parler Janie. C’est elle qui nous raconte son histoire et celle-ci commence lors de son premier cri.

C’est sans doute la petite narratrice qui rend le roman moins dur, moins difficile. Parce qu’après tout, elle n’est pas triste et elle ne manque pas d’amour. Bien sûr, la petite Janie grandit trop vite, n’a pas toujours de vêtements à se mettre sur le dos et ne mange pas chaque jour à sa faim. Sa mère est une paumée qui n’aime que les mauvais garçons, qui lui tapent dessus ou lui volent le peu d’argent qu’elle arrive à mettre de côté. Mais elle fait ce qu’elle peut pour sa fille.
Il y a du désespoir dans ce roman, mais aussi beaucoup d’amour et c’est ça qui est chouette dans ce roman touchant, mais pas larmoyant.

Tony Hogan m’a payé un ice-cream soda avant de me piquer maman – Kerry Hudson – Éditions Philippe Rey

Publicités

Une réflexion sur “Tony Hogan m’a payé un ice-cream soda avant de me piquer maman – Kerry Hudson

  1. Pingback: Ma maman est en Amérique, elle a rencontré Buffalo Bill – Jean Régnaud / Emile Bravo | Mademoiselle Maeve

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s