L’île du serment – Peter May

l-ile-du-serment-peter-may

le-resume

« Kirsty Cowell a-t-elle poignardé son mari à mort, cette nuit tourmentée sur Entry Island, à l’extrême-ouest du Canada ? Tous le croient, tout l’accable et pourtant Sime Mackenzie, l’enquêteur chargé de l’interroger, ne peut se résoudre à l’accuser. Mais cet étrange sentiment de familiarité qu’il éprouve à son égard n’est-il pas une arme dangereuse offerte à une femme manipulatrice ? À moins que les rêves étranges qui le ramènent à la vie de son aïeul, émigré des Hébrides en terre de Québec au dix-neuvième siècle, ne recèlent une part du mystère ? »

monavis

Ma lecture de Scène de crime virtuelle de Peter May avait un peu refréné mon élan d’enthousiasme après la lecture de la captivante trilogie écossaise (L’île du chasseur d’oiseaux, L’homme de Lewis et Le braconnier du lac perdu). Autant ces trois romans m’ont fait voyager en Ecosse et sentir l’odeur de la mousse, des embruns et la rudesse de cette île ancrée dans la tradition, autant Scène de crime virtuelle m’a laissé plus circonspecte. Une enquête policière in real life et sur Second life peut être une bonne idée, mais l’intrigue est trop simple et du coup décevante.

J’ai donc boudé quelques temps L’île du serment. Quelle erreur (surtout avec les livres peu enthousiasmants que j’ai récemment lu et dont je vous épargnerai la chronique… A moins que, on ne sait jamais, je pourrais être prise d’une irrésistible envie d’écrire) ! Revenons à Sime Mackenzie. Comme tous les personnages que j’ai pu découvrir dans les romans de Peter May, Sime est torturé, solitaire, insomniaque et encore sous le coup d’une séparation. Policier à Montréal, on lui demande d’intervenir au cours d’une enquête qui se déroule sur l’île d’Entrée, totalement anglophone, car il parle aussi bien français qu’anglais, en raison de ses origines écossaises. Son ex-femme fait partie de l’équipe de la sûreté sur l’enquête, ce qui est loin d’être une situation idéale pour Sime. En rencontrant Kirsty Cowell, suspectée d’avoir assassiné son mari, il a l’étrange sensation de la connaître. Des souvenirs de son aïeul Sime Mackensie, originaire de Lewis, vont venir hanter ses nuits sans sommeil…

J’ai été happée par l’histoire, tout en croisant les doigts pour qu’il ne s’agisse pas de réincarnation (je suis traumatisée par une récente lecture, La deuxième vie d’Amy Archer). L’écriture est fluide et les destins des deux Sime Mackensie sont prenants. L’intrigue est moins évidente à découvrir que dans Scène de crime virtuel et nous tient en haleine jusqu’à la dernière page. Un roman à découvrir si ce n’est déjà fait, après tout cela fait déjà un moment qu’il est sorti. Dans mon cœur, il est tout aussi bien que la trilogie écossaise et d’ailleurs, il pourrait en faire partie, s’il s’agissait d’une tétralogie.

L’île du serment – Peter May – Rouergue noir

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s