La tache – Philip Roth

la-tache-philip-roth

le-resume

« À la veille de la retraite, un professeur de lettres classiques, accusé d’avoir tenu des propos racistes envers ses étudiants, préfère démissionner plutôt que de livrer le secret qui pourrait l’innocenter. Tandis que l’affaire Lewinski défraie les chroniques bien-pensantes, Nathan Zuckerman ouvre le dossier de son voisin Coleman Silk et découvre derrière la vie très rangée de l’ancien doyen un passé inouï, celui d’un homme qui s’est littéralement réinventé, et un présent non moins ravageur : sa liaison avec la sensuelle Faunia, femme de ménage et vachère de trente-quatre ans, prétendument illettrée, et talonnée par un ex-mari vétéran du Vietnam, obsédé par la vengeance et le meurtre. Après Pastorale américaine et J’ai épousé un communiste, La tache, roman brutal et subtil, complète la trilogie de Philip Roth sur l’identité de l’individu dans les grands bouleversements de l’Amérique de l’après-guerre, où tout est équivoque et rien n’est sans mélange, car la tache «est en chacun, inhérente, à demeure, constitutive, elle qui préexiste à la désobéissance, qui englobe la désobéissance, défie toute explication, toute compréhension. C’est pourquoi laver cette souillure n’est qu’une plaisanterie de barbare et le fantasme de pureté terrifiant.» »

monavis

La tache est mon premier Philip Roth. Ce n’est pourtant pas faute d’avoir vu certains de ses romans en librairie, mais j’avoue ne jamais avoir été tentée jusque là. C’est après avoir lu un article sur le site de Bibliobs à propos de La vérité sur l’affaire Harry Quebert que j’ai voulu en avoir le cœur net. Alors une « pâle resucée de Philip Roth »?

J’ai trouvé la lecture de La tache assez ardue. Trop de descriptions, trop de monologues, trop de digressions. Bref, j’avais hâte d’en finir. Contrairement à La vérité sur l’Affaire Harry Quebert, on découvre assez vite le secret de Coleman Silk, donc pour le suspense, il faudra repasser. Et pour ce qui est des ressemblances… Il y en a sûrement, comme il y en a dans de nombreux romans. Celui que je viens de commencer, par exemple, pourrait être un mélange de Sur ma peau de Gillian Flynn et des Visages de Kellerman.

Alors oui, entre La vérité sur l’affaire Harry Quebert et La tache, il y a certaines similitudes, notamment à travers deux personnes accusées qui ne cherchent pas à se défendre. Mais je ne pense pas que j’aurais fait le rapprochement si j’avais lu le roman de Philip Roth avant, je pense même que je n’y aurais pas pensé.

Il ne me laissera pas un souvenir impérissable et ne m’a pas franchement donné envie de découvrir d’autres romans de l’auteur pourtant bardé de prix. C’est sans doute la différence majeure avec Joël Dicker, que je relirai sans doute avec plaisir !

La tache – Philip Roth – Gallimard

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s