Le secret de la manufacture des chaussettes inusables – Annie Barrows

le-secret-de-la-manufacture-des-chaussettes-inusables-annie-barrows

le-resume

« Macédonia, été 1938. Layla Beck est envoyée par son agence écrire l’histoire de cette petite ville. Elle s’installe chez les Romeyn, anciens propriétaires d’une fabrique de chaussettes, ruinés par un mystérieux incendie. Willa Romeyn, âgée de 12 ans, décide d’enquêter sur les secrets qui cernent sa famille. A force de questions, Layla et Willa bouleversent le fragile équilibre de la communauté. »

monavis

Ceux qui me connaissent savent que je peux être une vraie gamine parfois. Quand sort le nouveau roman d’un auteur que j’adore, j’en suis presque à faire des bonds de joie (en vrai, je fais une petite danse de la joie quand personne ne regarde).

Quand j’ai entendu parler de la sortie du Secret de la manufacture de chaussettes inusables, j’étais carrément fébrile. J’ai vraiment aimé le premier livre coécrit par Mary Ann Shaffer et sa nièce Annie Barrows (peut-être que le titre à rallonge y est un peu pour quelque chose…). J’offrais d’ailleurs Le cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates à la moindre occasion. Je me demandais donc bien ce que pourrait donner un roman écrit par Annie Barrows seule. Annie Brrows a en effet aidé sa tante à achever Le cercle… Et pour ceux qui ne le savent pas, Mary Ann Shaffer est décédée avant la sortie de roman. La pauvre n’a donc jamais su que Le cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates avait plu à tant de monde.

J’ai eu un énorme coup de chance, car j’ai gagné mon exemplaire du Secret de la manufacture de chaussettes inusables lors d’un concours organisé sur Twitter par Nil Editions. Et cerise sur le gâteau, il y avait une paire de chaussettes dans l’enveloppe avec le livre ! Cela méritait bien une nouvelle petite danse de la joie ! Malheureusement, avec la canicule, je n’ai pas encore eu l’occasion de les porter…

Le secret de la manufacture de chaussettes inusables compte plus de 600 pages, mais avec des chapitres assez courts ponctués quelques lettres – la correspondance de Layla Beck essentiellement – et des extraits du livre qu’elle écrit sur l’histoire de Macédonia.

J’ai vraiment aimé me plonger dans cette lecture et rencontrer les personnages qui peuplent Le secret… Jottie et son chagrin d’amour, ses inséparables sœurs jumelles Minerva et Mae, la curieuse Willa, l’égocentrique petite Bird et Layla bien entendu. La jeune femme est envoyée à Macédonia pour travailler car son père, le sénateur Beck, lui coupe les vivres après qu’elle ait refusé d’épouser le jeune homme qu’il avait trouvé pour elle…

Layla est une jeune femme pétillante et pleine d’esprit, bien que parfois un peu trop romantique pour avoir les idées claires. Elle débarque dans cette petite ville, étouffante de chaleur, et loue une chambre dans la maison de Jottie. Elle tombe rapidement sous le charme de Felix, le frère de Jottie et le père de Willa et Bird. Felix est un mystère, il se déplace sans bruit, disparaît sans dire où il va ni combien de temps il part et ses affaires semblent bien louches. Cela n’empêche pas les femmes de tomber sous son charme. Layla comme les autres. Mais qui est-il vraiment ? Même sa fille Willa ne le connaît pas. L’adolescente, qui vient de se découvrir un talent pour l’espionnage, va tout faire pour en savoir plus et tenter d’éloigner Felix de Layla, car elle craint qu’elle ne lui vole les précieux et rares instants que son père passe à la maison.

Ce livre est bourré d’intrigues. On veut en savoir plus, découvrir le fameux secret de la manufacture, savoir qui est Felix, pourquoi Jottie semble si triste quand personne ne la regarde, pourquoi son frère a une telle influence sur elle et sur sa vie. Le secret… aborde aussi des sujets plus sérieux comme les conflits sociaux, la conditions des femmes dans les années trente, ainsi que la fin de l’enfance. Le personnage de Willa m’a fait penser à Scout, la petite fille de Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur d’Harper Lee.

Avec Le secret de la manufacture de chaussettes inusables Annie Barrows signe un roman plein de tendresse et d’humour, aussi réussi que Le cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates.

Le secret de la manufacture de chaussettes inusables – Annie Barrows – Nil editions

Publicités

6 réflexions sur “Le secret de la manufacture des chaussettes inusables – Annie Barrows

  1. Je l’ai sur ma liseuse mais je ne l’ai pas encore ouvert ! Je pense que je vais y remédier très vite ! As-tu lu La drôle de vie de Zelda Zonk ? Je l’ai dévoré en deux jours et je suis frustrée de la fin donc j’aimerais savoir ce que tu en aurais pensé. Bonne journée !

    J'aime

  2. Pingback: Le secret de la manufacture de chaussettes inusables / Annie Barrows | uncoindeblog

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s