La Cour des grandes – Adèle Bréau

La-cour-des-grandes-adele-breau

le-resume

« Quatre amies dans le Paris branché et bobo du 9e.
Mathilde est cadre dans une grosse firme pleine de mâles qui l’attendent au tournant. Mère de deux petits garçons, elle jongle avec les emplois du temps dans une culpabilité constante.
Son amie Alice seconde un restaurant en vue de la capitale et peine à se remettre de sa séparation, malgré le soutien de son ado.
Lucie, leur richissime comparse, à la tête d’une famille nombreuse, est obsédée par la bonne tenue de son bonheur conjugal.
Quant à Eva, la quatrième, elle rêve de devenir mère elle aussi. »

monavis

Comment ne pas se sentir attirée par une couverture aussi girly ? En tout cas, moi, j’étais tentée. Et quand Stelda m’a prêté La Cour des grandes, j’étais ravie ! J’imaginais un livre plutôt léger sur la vie sentimentales de quatre copines, avec des moments drôles. Je ne me suis souvenue qu’ensuite du proverbe selon lequel il ne faut pas juger un livre à sa couverture.

Le style d’Adèle Bréau est moderne et se lit bien. D’un chapitre à l’autre, on en apprend un peu plus sur les quatre inséparables Alice, Mathilde, Éva et Lucie. Alice qui élève seule son ado depuis que son mari l’a quittée pour une fille de 20 ans, Lucie l’ultra-jalouse, mère de trois enfants et obsédée par son apparence, Éva qui désespère d’avoir un jour un enfant et Mathilde qui traverse une mauvaise passe depuis que son mari a perdu son emploi.

La Cour des grandes est un roman sur l’amitié et la solidarité féminine qui, à travers ses quatre personnages, dépeint le quotidien de milliers de femmes qui jonglent entre leur vie professionnelle et leur vie de famille. Mais j’avoue que je l’ai trouvé un peu cynique. Je me rend compte que je suis plus habituée à lire de la chick lit plus légère, des histoires qui me font plus rêver.

J’ai beaucoup aimé Alice et même Éva, Lucie m’a fait sourire en femme parfaite et control freak. Mais Mathilde… Elle m’a fait beaucoup de peine, son histoire avec Max est de celles que l’on redoute, à tel point que j’avais hâte de finir les chapitres les mettant en scène pour passer à autre chose.

La Cour des grandes n’est donc pas si léger, ni si rose, même s’il y a beaucoup de jolis moments, des moments touchants. J’ai hâte de démarrer ma lecture des Jeux de garçons, le pendant masculin de La Cour des grandes. On y retrouvera les histoires de Mathilde, Lucie, Éva et Alice, mais selon le point de vue de leurs mecs, ex-mecs ou futurs-mecs. Une autre manière de voir les choses. L’idée est séduisante en tout cas. Je vous en reparle bientôt, car je vais me précipiter dessus !

La Cour des grandes – Adèle Bréau – JC Lattès

Publicités

Une réflexion sur “La Cour des grandes – Adèle Bréau

  1. Pingback: Les Jeux de garçons – Adèle Bréau | Mademoiselle Maeve

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s