La fille du train – Paula Hawkins

La-fille-du-train-paula-hawkins

le-resume

« Depuis la banlieue où elle habite, Rachel prend le train deux fois par jour pour aller à Londres. Le 8 h 04 le matin, le 17 h 56 l’après-midi. Chaque jour elle est assise à la même place et chaque jour elle observe, lors d’un arrêt, une jolie maison en contrebas de la voie ferrée. Cette maison, elle la connaît par cœur, elle a même donné un nom à ses occupants qu’elle voit derrière la vitre. Pour elle, ils sont Jason et Jess. Un couple qu’elle imagine parfait, heureux, comme Rachel a pu l’être par le passé avec son mari, avant qu’il ne la trompe, avant qu’il ne la quitte. Rien d’exceptionnel, non, juste un couple qui s’aime. Jusqu’à ce matin où Rachel voit un autre homme que Jason à la fenêtre. Que se passe-t-il ? Jess tromperait-elle son mari ? Rachel, bouleversée de voir ainsi son couple modèle risquer de se désintégrer comme le sien, décide d’en savoir plus sur Jess et Jason. Quelques jours plus tard, c’est avec stupeur qu’elle découvre la photo de Jess à la une des journaux. La jeune femme, de son vrai nom Megan Hipwell, a mystérieusement disparu… »

monavis

J’ai profité d’un voyage en train pour démarrer ma lecture du premier roman de Paula Hawkins. J’aime bien les lectures thématiques, même si elles ont leur limites… En effet, le jour où j’ai démarré un roman qui parle d’un crash d’avion en attendant le décollage, je n’ai pas eu l’idée du siècle, je l’avoue.

La fille du train me tentait bien et j’étais contente de démarrer cette lecture. En revanche, j’ai mis un peu de temps à ressentir de l’empathie pour Rachel, la fameuse « fille du train ».

L’histoire commence simplement : Rachel prend le train pour Londres deux fois par jour pour son travail. À chaque voyage, elle observe une maison dans son ancien quartier et commence à se raconter une histoire sur ses deux occupants, imaginant leur vie, leurs noms, leurs histoires, la façon dont ils s’aiment… La maison qu’elle observe est située à quelques mètres de celle qu’elle partageait autrefois avec son mari, Tom. Son mari qui vit aujourd’hui avec une autre femme. Rachel observe ce couple et elle boit. Rachel boit le soir, car la journée est finie. Et elle boit le matin pour se donner du courage.

C’est peut-être l’héroïne alcoolique qui a fait que j’ai eu un peu de mal à rentrer dans l’histoire. En effet, Rachel est aigrie et passe la plupart du temps dans un brouillard d’alcool, ce qui n’est pas forcément très confortable pour le lecteur. Néanmoins, le malaise est passé très vite, en fait, dès que je me suis sentie happée par l’histoire.

La construction du roman aide beaucoup. D’un chapitre à l’autre, on suit différents personnages à différents moments. Et chacun nous laisse sur notre faim. Pour en savoir plus, il faut absolument avancer. Pour cela, il est évident que La fille du train est un bon thriller. On soupçonne tout le monde, en croisant les doigts pour ne pas être déçu. Pour la petite histoire, j’ai commencé à raconter l’intrigue à mon amie Wassan – chez qui je passais quelques jours – et elle m’a demandé la suite de l’histoire. On a passé quelques bons moments à imaginer le dénouement (on a eu tout faux, d’ailleurs !).

La fille du train est dans la lignée des Apparences de Gillian Flynn ou d’Avant d’aller dormir de S.J. Watson. Et comme ces deux romans, il pourrait être adapté au cinéma, puisque Steven Spielberg a acheté les droits d’adaptation.

La fille du train – Paula Hawkins – Sonatine

Publicités

2 réflexions sur “La fille du train – Paula Hawkins

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s