Je ne suis pas un serial killer – Dan Wells

je-ne-suis-pas-un-serial-killer-dan-wells

le-resume

« John Wayne Cleaver est un jeune homme potentiellement dangereux. Très dangereux. Jugez-en plutôt : garçon renfermé, pour ne pas dire sociopathe, il vit au milieu des cadavres à la morgue locale, tenue par sa mère et sa tante, il a une certaine tendance à tuer les animaux et, depuis son plus jeune âge, il nourrit une véritable passion pour les tueurs en série. Ainsi, son destin semble tout tracé. Mais conscient de son cas, et pas spécialement excité à l’idée de devenir un serial killer, John a décidé d’en parler à un psy et de respecter quelques règles très précises. Ne nourrir que des pensées positives à l’égard de ses contemporains. Ne pas s’approcher des animaux. Éviter les scènes de crime. Ce dernier commandement va néanmoins devenir très difficile à suivre lorsqu’on retrouve autour de chez lui plusieurs corps atrocement mutilés. Y aurait-il plus dangereux encore que John dans cette petite ville tranquille ? Aurait-il enfin trouvé un adversaire à sa taille ? »

monavis

Lors de mon dernier voyage en train, j’avais pris avec moi Nobody de Dan Wells et en démarrant ma lecture, j’ai eu une drôle de sensation : celle de rentrer au beau milieu de l’histoire. Normal, Nobody est le troisième tome d’une trilogie… Autre malaise : j’avais l’impression d’avoir le premier tome à la maison (impression totalement justifiée).

Comme Nobody était le seul livre que j’avais sous la main pour un voyage de deux heures, j’ai poursuivi – lentement – ma lecture (mon idée était de le mettre de côté en arrivant, pour lire le premier volume : Je ne suis pas un serial killer). Mais comme je le craignais, en arrivant à la maison, je me suis retrouvée face à un dilemme : poursuivre Nobody, parce que j’avais très envie de connaître la suite ou le mettre de côté pour lire Je ne suis pas un serial killer, au risque de ne pas être surprise, car le début de Nobody reprend pas mal d’éléments des deux précédents tomes… Bref, j’ai mis deux jours à me décider. Deux jours sans lecture, deux jours d’indécision pénible. Vous vous doutez bien que j’ai fini par mettre de côté Nobody pour Je ne suis pas un serial killer, sinon je ne vous parlerais pas de ce thriller.

Je ne sais pas si vous le savez, mais la série Dexter est basée sur un roman de Jeff Lindsay intitulé Ce cher Dexter. Je l’ai lu et je n’ai pas été séduite. Autant j’aime le Dexter de la série (un attachant sociopathe), autant je trouve le Dexter de Lindsay seulement froid et clinique.

Pourquoi je vous parle de Dexter ? Vous avez tout à fait le droit de vous poser cetre question. En réalité, je vous parle de Dexter, parce que le personnage créé par Dan Wells lui ressemble. John Wayne Cleaver est un jeune sociopathe de seize ans qui lutte contre son monstre intérieur – Mister Monster – avide de sang (à l’instar de Dexter et de son cavalier noir). Pour ne pas craquer, John a lui aussi un certain nombre de règles à respecter : ne pas fixer les gens, ne pas parler d’eux en disant « ça », les complimenter quand il a envie de leur faire du mal…

Quand débarque un tueur en série dans sa petite ville, John a toutes les peines du monde à garder son monstre derrière le mur qu’il a soigneusement érigé. Cela fait pas mal de points communs avec Dexter, non ?

Je ne suis pas un serial killer est un roman assez drôle (contre toute attente). John est assez touchant dans sa manière d’essayer de s’intégrer parmi les « humains ». Et le voir essayer d’être à peu près normal en présence de sa famille fait un peu de peine.

Ce roman est également une source d’informations : j’en sais aujourd’hui beaucoup plus sur les techniques d’embaumement (meme si je ne suis pas certaine d’en avoir l’utilité, je ne crois pas qu’il s’agisse d’un sujet de conversation adaptée à un dîner entre amis, par exemple). Et pourquoi l’embaumement ? Simplement parce que John travaille depuis ses sept ans dans le funérarium familial… De là à penser que ses troubles mentaux peuvent venir de son environnement familial…

Le seul bémol, pour moi, concerne l’aspect fantastique de l’histoire, mais passée la surprise, on s’y fait sans souci. Maintenant, il va falloir que je parte en quête du tome deux, sans trop réfléchir, ni trop regarder Nobody qui me fait de l’œil sur ma pile de bouquins…

Franchement, ne vous retrouvez pas dans la même situation que moi et commencez par Je ne suis pas un serial killer (ou faites comme vous voulez, mais vous êtes prévenus).

Je ne suis pas un serial killer – Dan Wells – Sonatine

Publicités

6 réflexions sur “Je ne suis pas un serial killer – Dan Wells

  1. Hello ma belle !
    Tu m’as donné envie de mettre cette trilogie sur ma PAL et pour ça je t’en remercie ! C’est vrai que j’aime bcp la série Dexter et j’avais trouvé le tome 1 (j’avoue ne pas être allée plus loin..) vraiment froid et j’avais eu du mal à rentrer dans l’intrigue.. Pourtant dès que je vois un tome, je bave un peu devant (la logique…).
    A très vite !
    Johanna

    J'aime

    • Coucou Johanna !
      Il faut quand même que tu saches qu’il y a une part de surnaturel dans cette trilogie, ce qui n’est pas le cas dans Dexter. Sinon, j’ai pensé à toi l’autre jour, j’ai failli acheter Am Stram Gram et au dernier moment, j’ai eu peur d’avoir trop peur…
      Bisous,
      Maeve

      Aimé par 1 personne

  2. Pingback: Mr Monster – Dan Wells | Mademoiselle Maeve

  3. Pingback: Nobody – Dan Wells | Mademoiselle Maeve

  4. Pingback: L’échange – Brenna Yovanoff |

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s