Ta deuxième vie commence quand tu comprends que tu n’en as qu’une – Raphaëlle Giordano

photostudio_1458864326619

le-resume

« — Vous souffrez probablement d’une forme de routinite aiguë.
— Une quoi ?
— Une routinite aiguë. C’est une affection de l’âme qui touche de plus en plus de gens dans le monde, surtout en Occident. Les symptômes sont presque toujours les mêmes : baisse de motivation, morosité chronique, perte de repères et de sens, difficulté à être heureux malgré une opulence de biens matériels, désenchantement, lassitude…
— Mais… Comment vous savez tout ça ?
— Je suis routinologue.
— Routino-quoi ?
Camille, trente-huit ans et quart, a tout, semble-t-il, pour être heureuse. Alors pourquoi a-t-elle l’impression que le bonheur lui a glissé entre les doigts ? Tout ce qu’elle veut, c’est retrouver le chemin de la joie et de l’épanouissement.
Quand Claude, routinologue, lui propose un accompagnement original pour l’y aider, elle n’hésite pas longtemps : elle fonce. À travers des expériences étonnantes, créatives et riches de sens, elle va, pas à pas, transformer sa vie et repartir à la conquête de ses rêves… »

monavis

Ta deuxième vie commence quand tu comprends que tu n’en as qu’une est le premier roman de Raphaëlle Giordano. Sa couverture me faisait de l’œil et le sujet piquait ma curiosité. Quand plusieurs de mes copines blogueuses se sont mis à en parler en disant qu’il était sympa, j’ai VRAIMENT eu envie de le lire. Et comme elles sont chouettes ces Blogueuses de Tours, elles ont proposé de me le prêter (merci Happytime et WoodyBeauty !).

Cette lecture m’a fait penser à L’homme qui voulait être heureux, le seul livre de Laurent Gounelle que j’ai lu, mais également au Monde de Sophie de Jostein Gaardner. J’avais beaucoup apprécié ces deux romans philosophiques (je n’ai pas trouvé d’autre terme pour les décrire).

Ta deuxième vie commence quand tu comprends que tu n’en as qu’une est une manière plaisante de découvrir une méthode pour reprendre sa vie en main, puisqu’il s’agit d’un roman.

On y fait la connaissance d’une femme au bord de la dépression qui croise la route d’un routinologue. Ce dernier va lui faire faire un certain nombre d’exercices, le premier étant de faire le vide chez elle (c’est très à la mode en ce moment le désencombrement. Certains ont peut-être lu La magie du rangement de Marie Kondo ?).

Au fur et à mesure, Camille se réapproprie sa vie et on se dit que l’on pourrait se laisser tenter nous aussi. C’est d’ailleurs l’idée de ce roman : nous donner les clés, l’envie, la motivation, le courage de se lancer.

Je n’ai pas été vraiment séduite par le style de l’auteure (en même temps, c’est assez bien écrit tout de même, c’est juste que ce n’est pas mémorable), ni par l’intrigue qui n’est qu’un prétexte. Mais j’ai apprécié cette petite histoire, car j’ai plus de facilités à entrer dans des romans de développement personnel que dans des ouvrages pratico-pratiques, qui me tombent des mains le plus souvent, ou que je réserve aux salles d’attente.

Malheureusement, après avoir terminé cette lecture, je n’ai pas eu envie de me précipiter dans les exercices de routinologie proposés – pas de nettoyage de printemps chez moi pour l’instant. Mais qui sait, cela va peut-être mûrir dans mon esprit…

Je reste quand même un peu perplexe quant à l’efficacité de ces romans, et plus généralement de tous ces ouvrages de développement personnel. Je pense que chacun d’entre nous a son histoire et qu’une méthode unique ne peut pas convenir à tout le monde. Néanmoins, si on garde l’esprit ouvert, il y a des choses à piocher – la gratitude, les respirations longues pour se calmer… – cela fonctionne plutôt bien.

Alors, est-ce que je vous le conseille ? Oui si le sujet vous intéresse, vous ne serez sans doute pas déçus.

Ta deuxième vie commence quand tu comprends que tu n’en a qu’une – Raphaëlle Giordano – Eyrolles

Publicités

11 réflexions sur “Ta deuxième vie commence quand tu comprends que tu n’en as qu’une – Raphaëlle Giordano

  1. Ah, il m’intrigue. Je vois ce que tu veux dire sur le développement personnel. Je ne suis pas contre, mais c’est loin d’être une baguette magique. En version roman, ça peut être intéressant : j’avais bien aimé Dieu voyage toujours incognito mais pas le roman suivant.

    J'aime

    • Je suis très admirative de ce nettoyage de printemps chez toi. Bizarrement, à chaque fois que je veux m’y mettre, je commence par vérifier si le canapé est toujours aussi confortable et comme il l’est, j’oublie ce que je voulais faire avant de m’installer (je plaisante, mais pas tant que ça).
      Bises,
      Maeve

      J'aime

  2. Pingback: la meilleure chose qui puisse arriver à un homme c’est de se perdre – Alain Gillot | Mademoiselle Maeve

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s