Le goût sucré de la peur -Alexandre Chardin

photostudio_1460119261807

le-resume

« Quoi de plus délicieux, à douze ans, que le goût sucré de la peur ?
Louise n’est pas du genre à passer ses journées à se vernir les ongles en rose ou à regarder les mouches voler. Alors quand elle comprend que son frère Joseph et sa bande préparent une expédition super-hyper-méga dangereuse, elle les harcèle jusqu’à ce qu’ils acceptent de la prendre avec eux.
La voilà ainsi embarquée avec « le clan » vers le jardin de celle que tout le monde appelle « L’Ortie »: une vieille dame dont la mine inquiétante et la maison sinistre terrorisent les enfants depuis des générations. Son potager regorge de fraises juteuses et de radis croquants, dont Joseph et sa bande aiment se régaler, le visage masqué et le cœur battant.
Pourtant, ce jour-là, Louise n’est pas très à l’aise. Et si cette dame n’était pas la sorcière que chacun semble vouloir qu’elle soit ? »

monavis

Le goût sucré de la peur d’Alexandre Chardin est un roman à destination des 8-12 ans paru chez Magnard Jeunesse. Je l’ai reçu dans le cadre d’une opération Masse critique organisée par Babelio et la maison d’éditions Magnard Jeunesse.

Louise est une petite fille maligne, un peu ronde et courageuse. Lorsqu’elle apprend que son grand frère se lance, avec ses copains, dans une  expédition chez l’Ortie – le nom que les enfants ont donné à une vieille dame quand ils ne l’appellent pas la sorcière – elle veut absolument en être. Mais sur place, alors que le reste du clan se goinfre des fruits, Louise sent la main de l’Ortie sur son épaule. Cette rencontre la perturbe tant qu’elle  décide d’y retourner, persuadée que l’Ortie n’est sans doute pas si effrayante…

C’est un joli roman jeunesse qui aborde de nombreux sujets : l’amitié, le courage, l’entraide, les préjugés, mais aussi la mort et le deuil. Et tout cela avec tendresse et intelligence. Les jeunes personnages sont très attachants et très différents les uns des autres : la perspicace Louise, le peureux Joseph et la douce Bérénice et bien entendu Jeanne, qui a préféré s’isoler des autres pour ne plus souffrir, mais qui cultive son potager pour le plaisir de voir des générations d’enfants franchir les grilles de son jardin pour se gorger de fruits au goût sucré de peur.

A conseiller aux jeunes lecteurs curieux au grand cœur, Le goût sucré de la peur ne devrait pas les laisser insensibles.

Merci à Babelio et aux Éditions Magnard Jeunesse pour l’opération Masse Critique qui m’a permis de découvrir Le goût sucré de la peur.

Le goût sucré de la peur – Alexandre Chardin – Magnard Jeunesse

Publicités

2 réflexions sur “Le goût sucré de la peur -Alexandre Chardin

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s