Jamais assez maigre – Victoire Maçon Dauxerre

photostudio_1473799483284

le-resume

« Repérée à 17 ans dans la rue par un chasseur de mannequins, Victoire rêve d’une vie de star courtisée par les plus grands couturiers. Son ascension est fulgurante. En moins de 6 mois, elle fait plus de 22 défilés à New York, Milan, Paris et appartient au cercle très fermé des 20 Top Model les plus demandés dans le monde. Mais, pour entrer dans des robes de taille 32, elle va devoir maigrir jusqu’à devenir anorexique. On suit sa course vers la maigreur et assiste à l’embrigadement psychologique des responsables de mode et photographes qui lui rappellent que la nourriture, c’est l’ennemi. Alors que tout semblait lui sourire, Victoire ne réalise pas que cette folie de la maigreur la ronge de l’intérieur. Au bord du gouffre, elle tente de mettre fin à ses jours. Ce livre est le récit d’une rescapée. »

monavis

Jamais assez maigre n’est pas du tout le genre de livres que je lis habituellement, préférant mille fois les fictions aux témoignages. Mais quand Stelda a proposé de me le prêter, j’ai accepté (d’ailleurs je refuse rarement un livre) et je me suis rapidement plongé dedans, n’en attendant pas grand chose, il faut bien l’avouer.

Et bien, étonnamment, j’ai bien accroché et je me suis laissée embarquer bien volontiers dans l’histoire de Victoire Maçon-Dauxerre. Cette jeune femme est repérée dans la rue par un chasseur de mannequins. Être modèle, ce n’était pas son rêve. Elle, elle rêvait de devenir comédienne. Mais l’aventure la grise et elle signe chez Elite.

On la prévient très vite : il va falloir qu’elle perde du poids pour entrer dans la taille 32 des défilés. Elle a deux mois, ça devrait aller… L’été avant New York, se sera donc trois pommes par jour, un peu de soda light pour se remplir l’estomac, de l’ombre (il ne faudrait pas qu’elle bronze) et aucun sport (les mannequins femmes ne doivent pas être musclées).

Victoire Maçon-Dauxerre raconte ses quelques mois de défilés, de castings, d’attente surtout, de sales coups entre les filles, de solitude, de cynisme. Mais tout n’est pas noir non plus, la jeune femme se fait rapidement un nom, et elle aime être sur les podiums.

victoire-taralisss11

Mais elle devient obsédée par son poids, persuadée qu’on finira par se rendre compte qu’elle est énorme et qu’elle ne rentre pas dans les vêtements. Sans s’en rendre compte, elle sombre dans l’anorexie et dans la dépression, jusqu’à l’appel au secours…

J’ai trouvé ce témoignage sur la vie des mannequins très intéressants. S’il y a des choses dont je me doutais, j’étais loin d’imaginer que la déshumanisation des modèles allait aussi loin. Certaines anecdotes sont assez marquantes : les cheveux arrachés et collés par les coiffeurs qui tombent par mèches à la fin de la journée, les mannequins qui défilent avec des chaussures une ou deux tailles trop petites, les buffets de charcuterie et de plats en sauce pour les mannequins qui ne mangent rien…

Le problème de la maigreur des mannequins commence à en exaspérer plus d’un (à raison à mon avis). Si bien que les députés français ont adopté, jeudi 17 décembre 2015 dans le cadre du projet de loi santé, un texte visant à lutter contre ce phénomène. Cette loi dispose que la pratique de cette activité est conditionnée à la délivrance d’un certificat médical attestant que « l’état de santé du mannequin, évalué notamment au regard de son indice de masse corporelle (IMC), est compatible avec l’exercice de son métier ». Oui, mais s’il faut toujours entrer dans un 32 pour défiler, comment les filles vont-elles faire ?

Jamais assez maigre – Victoire Maçon-Dauxerre – Les arènes

Publicités

12 réflexions sur “Jamais assez maigre – Victoire Maçon Dauxerre

  1. J’ai lu beaucoup de choses sur les mannequins et le diktat de l’anorexie. Ce livre a l’air d’être un beau témoignage. Si ça t’a intéressée de voir les « coulisses » de ce métier, tu devrais regarder le documentaire Picture Me.

    J'aime

  2. Ce livre m’a assez bouleversée, je m’attendais et j’avais entendu parler de pas mal de choses mais le lire d’une personne qui l’a vécu c’est encore plus glaçant. En tous les cas, je le recommande aussi à lire, d’autant qu’il se lit vite 🙂

    J'aime

  3. Je n’ai pas lu ce livre. J’ai souffert d’anorexie, j’ai été obligée de changer de vie pour m’en sortir….j’ai été danseuse et mannequin…mais ces activités ne sont pas là cause de mon trouble alimentaire. L’anorexie, c’est l’arbre qui cache la forêt. Après plus de 10 ans d’analyse, j’ai réalisé que j’avais des troubles alimentaires bien avant ça. La danse à précipité la chute mais je me serais cassée la figure sans ça. Trop souvent, les témoignages jettent la faute sur « l’autre » sans chercher au fond de soi. La cause est intime et douloureuse à accepter. Une fille sans problème ne reste pas dans un régime forcé (elle ne tiendrait pas d’ailleurs). Les défilés exploitent une souffrance cachée. Ce n’est pas une attitude glorieuse mais on a la liberté de dire « non ». Je crois que la seule à avoir réellement écrit sa vie, c’est Valérie Valère dans « le pavillon des enfants fous ».

    J'aime

      • Merci. C’est un comportement qui semble protéger. Il est difficile d’en sortir une fois piégée. J’ai croisé les bonnes personnes et tout plaqué à Paris pour la montagne Ardéchoise, 630m, à peine 900 habitants. Bah je dois dire que j’ai eu bien du mal à trouver un équilibre 😕. Mais ça se pose doucement. Je deviens une baba écolo avec mes chevaux, mon chien, mes chats, ma poule et mes toilettes sèches 😁. Bonne lecture. Bises

        J'aime

    • Oui, je suis d’accord avec toi pour les parents. Après, j’ai deux « explications » possibles : la situation vue par l’auteure qui ne s’est peut-être pas rendue compte de l’inquiétude de ses parents qui ont voulu lui remonter le moral et lui dire de s’accrocher, persuadés que c’était ce qu’elle voulait. Ou alors, peut-être ont-ils été flattés, séduits par la carrière de leur fille, vivant sa réussite par procuration…
      J’ai eu une amie anorexique et ses deux parents étaient médecins et ils n’ont rien vu…
      Bises,
      Maeve

      J'aime

      • Rien voir c’est une chose au début, mais après vu le poids qu’elle faisait et son comportement (notamment pendant son voyage, quand son père lui achète une balance) ils n’ont pas pu ne rien voir. C’est très dur comme témoignage. :-/ Je viens de publier mon billet sur ce livre, si le coeur t’en dit passe me lire. 🙂

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s