Tokyo – Mo Hayder

photostudio_1482768351901

le-resume

« Grey débarque à Tokyo dans le but de retrouver une vidéo qui prouverait les atrocités commises par les Japonais à Nankin en 1937. Un homme peut l’aider. Survivant du massacre et maintenant professeur, il se méfie de la jeune femme. Celle-ci accepte un emploi d’hôtesse dans un club de luxe et rencontre un vieillard en fauteuil roulant qui possède un élixir qui attire bien des convoitises. »

monavis

Ce roman de Mo Hayder est resté un bout de temps dans ma PAL avant que je me décide à le sortir. Je m’étais mis en tête qu’il s’agissait d’un roman super glauque et du coup je n’étais pas franchement tentée de le lire. Il faut dire aussi que j’ai vu un certain nombre de films d’horreur japonais et que je n’ai toujours pas réussi à m’en remettre. Et puis, il y a quelques jours, j’ai lu Kabukicho de Dominique Sylvain – je vous en parlerai bientôt – et j’ai beaucoup aimé. Alors, j’ai décidé de rester sur cette lancée japonaise et j’ai pris Tokyo dans ma valise. C’était le moment où jamais !

En fait, je m’étais fait une montagne de ce roman, m’attendant à avoir la nausée à chaque page. Mais fort heureusement, ça n’a pas été le cas. Même si le roman se déroule dans un univers assez sordide, je préfère quand même vous prévenir.

Grey, l’héroïne, est un peu spéciale, très abîmée par la vie et complètement obnubilée par les évènements qui se sont déroulés à Nankin en 1937.

De son passé, on ne sait pas grand chose, si ce n’est quelques bribes que nous livre l’auteure au fil de l’histoire. Son internement, ses parents, ses obsessions, son ignorance et ses blessures. Elle se retrouve à Tokyo pour rencontrer un professeur qui pourrait avoir des preuves de ce qui l’obsède : les atrocités de Nankin et les horreurs subies par les civils et les prisonniers à l’époque. Mais ce vieillard ne veut rien lui dire – du moins pas tout de suite – et il lui faut trouver un travail afin de pouvoir rester à Tokyo le temps de lui faire changer d’avis. Elle se retrouve donc hôtesse à Kabukicho, le quartier chaud de la ville, et en colocation avec d’autres jeunes comme elle.

Je ne vais pas en dévoiler davantage, afin que vous puissiez vous faire votre propre avis. J’ai pour ma part trouvé que Tokyo était un roman prenant et sombre, glauque, mais pas trop. Globalement, ça m’a plu, mais pas assez pour me donner envie de lire plus de roman de cette auteure.

Tokyo – Mo Hayder – Presses de la Cité

Publicités

3 réflexions sur “Tokyo – Mo Hayder

  1. C’est le premier livre de cet auteure que j’ai lu, il m’avait beaucoup marqué. Une sensation de malaise, et j’avais été surprise par la fin.
    J’ai lu Pig Idland également. Pas mal, mais moins marquant. Un peu tiré par les cheveux.

    J'aime

  2. Pingback: Kabukicho – Dominique Sylvain |

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s