Travestis – Dominique Sylvain

photostudio_1485273783740

le-resume

«Machiavélique ! Nul, ici, ne dit la vérité. Pas même Louise Morvan qui enfin élucide le mystère de la mort de son oncle, Julian Eden, dont elle a hérité l’agence alors qu’elle n’était qu’adolescente. Le commissaire Clémenti lui offre sa première piste : il a retrouvé le flic, chargé d’enquêter en 1979 sur le meurtre du détective, qui s’était vu retirer le dossier et muter en province. La quête solitaire de la jeune femme débute à Strasbourg, tandis qu’à Paris Clémenti doit débusquer le  » killer des quais « , trucideur sanglant de SDF… S’érige un portrait aigu d’une capitale en déconfiture – Paris en cette fin de siècle – mise à mal par un fou, alors que les recherches et métamorphose de Louise font resurgir le Paris bouillonnant, psychédélique des années 70. »

monavis

Je suis en pleine découverte des romans de Dominique Sylvain. C’est le moment où jamais, puisque l’auteure de polars vient à la bibliothèque municipale de Tours ce soir à 19 heures, lors de la soirée Au bonheur des lecteurs. Et j’ai la chance d’animer cette rencontre ! (En vrai, je suis morte de trouille, même si Dominique Sylvain semble extrêmement sympathique.)

Après Kabukicho, le tout dernier roman de Dominique Sylvain, Passage du Désir et Vox, je vous présente aujourd’hui Travestis.

Ce roman nous plonge dans une ambiance très noire. Deux enquêtes se croisent : celle du commissaire Clémenti, qui traque un tueur de SDF à Paris et celle de Louise, détective qui cherche à comprendre qui à tué son oncle en 1979.

J’ai eu un peu de mal à entrer dans ce roman, peut-être parce que je n’ai pas tout de suite accroché avec les personnages. Et aussi parce que je n’ai pas fait attention en empruntant ce livre à la bibliothèque : il ne s’agit pas du premier roman de la série, mais le troisième mettant en scène Louise Morvan. Et du coup, je comprends mieux cette impression de ne pas tout saisir, comme s’il me manquait quelques clés pour tout appréhender.

Avec Louise Morvan, on est vraiment dans le roman noir, classique. Avec des détectives, des truands, des veuves, des taulards, des clochards…

C’est un très bon roman. Dominique Sylvain a encore une fois réussi à nous embarquer ailleurs, dans un endroit qui n’a rien à voir avec Kabukicho ou Vox. Chapeau bas !

En faisant quelques recherches, j’ai découvert que Dominique Sylvain avait réécrit Travestis et qu’il était paru sous un autre nom Le roi Lézard. Et que dans Le roi Lézard, on pouvait croiser le fantôme de Jim Morrison…

Et si vous veniez ce soir rencontrer Dominique Sylvain à la bibliothèque de Tours ? En plus de répondre aux questions du public (et aux miennes), elle lira un extrait de son dernier roman Kabukicho – cela vous donnera sans doute envie de le lire, si ce n’est pas déjà fait !

Bibliothèque centrale de Tours
2 bis avenue André-Malraux
www.bm-tours.frfacebook

Travestis – Dominique Sylvain – Viviane Hamy

Publicités

3 réflexions sur “Travestis – Dominique Sylvain

  1. Pingback: Je vide ma PAL saison 2 épisode 1 | Mademoiselle Maeve

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s