Peste sur la ville – Mary Play-Parlange

photostudio_1485191598571

le-resume

« Un fléau surgi des temps anciens peut-il de nos jours faire trembler la population d’une grande cité ?
Une prophétie de Nostradamus va bouleverser la vie de deux flics bien ancrés dans le XXIe siècle…
« L’animal titube comme ivre, pousse de légers cris plaintifs, laisse derrière lui des gouttes de sang qui s’écoulent de son museau pointu. Il s’arrête soudain les moustaches frémissantes, se dresse sur ses pattes de derrière, se raidit. Il perd l’équilibre et d’un coup s’affale aux pieds de Diego. »
L’agent d’Interpol Melinda Fields et le commissaire Diego Martelly sont embarqués dans le même bateau… »

monavis

Je vous ai parlé il y a quelques mois, au moment du salon tourangeau Polar sur Loire, de Clair-obscur en Chartreuse de Mary Play-Parlange, un pseudonyme derrière lequel se cachent Nicole Parlange et Dominique Play.

Je reviens aujourd’hui avec la suite des aventures de Melinda Fields et Diego Martelly, le duo de choc de Mary Play-Parlange. J’étais ravie de les retrouver car j’aime beaucoup l’inspectrice australienne.

Peste sur la ville mêle encore une fois, comme l’aiment les deux auteures, passé et présent, fiction et réalité. Il est question de la peste qui a ravagé Marseille en 1720 et tué plus de 100 000 personnes. Alors, vous vous demandez peut-être comment une épidémie au XVIIIe siècle peut influer sur le présent de notre duo de choc, et bien vous le saurez en lisant Peste sur la ville. En revanche, prévoyez d’avoir la suite L’enfer en pente douce sous la main, car ce roman s’arrête comme une fin de saison de série télé policière. Avec encore plus de questions qu’au début et un suspense à rendre fébrile. Vous ne serez donc pas surpris que je vous reparle très vite de Mary Play-Parlange.

Peste sur la ville – Marie Play-Parlange – Ex Æquo

Publicités

3 réflexions sur “Peste sur la ville – Mary Play-Parlange

  1. Je l’ai lu aussi, celui-ci. Ma chronique est prête mais pas encore publiée, mais quelle fin ! J’en suis restée sans voix. La frustration m’a gagnée ! Comme tu dis, digne d’une fin de série ! ^^
    Bises

    Aimé par 1 personne

  2. Pingback: L’enfer en pente douce – Mary Play-Parlange | Mademoiselle Maeve

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s