Il reste la poussière – Sandrine Collette

photostudio_1487191981786

le-resume

« Patagonie. Dans la steppe balayée de vents glacés, un tout petit garçon est poursuivi par trois cavaliers. Rattrapé, lancé de l’un à l’autre dans une course folle, il est jeté dans un buisson d’épineux.
Cet enfant, c’est Rafael, et les bourreaux sont ses frères aînés. Leur mère ne dit rien, murée dans un silence hostile depuis cette terrible nuit où leur ivrogne de père l’a frappée une fois de trop. Elle mène ses fils et son élevage d’une main inflexible, écrasant ses garçons de son indifférence. Alors, incroyablement seul, Rafael se réfugie auprès de son cheval et de son chien.
Dans ce monde qui meurt, où les petits élevages sont remplacés par d’immenses domaines, l’espoir semble hors de portée. Et pourtant, un jour, quelque chose va changer. Rafael parviendra-t-il à desserrer l’étau de terreur et de violence qui l’enchaîne à cette famille? »

Et voici le retour du Prix du roman Livre de Poche 2017 catégorie Polar. J’ai tellement de chance, je rempile pour une nouvelle édition. J’aime tellement ce prix ! Pour le premier match du mois de février, je devais lire Il reste la poussière de Sandrine Collette et Amelia de Kimberly McCreight. Autant, j’avais super envie de lire Amelia, autant le résumé d’Il reste la poussière me tentait franchement moins. Mais rien n’est jamais joué : un livre qui ne me tente pas peut se révéler être un chef d’oeuvre et un roman qui a l’air génial me décevoir.

monavis

J’ai découvert Sandrine Collette l’an dernier par le biais du Prix des lecteurs Livre de Poche justement. J’ai dû lire Six fourmis blanches et le résumé ne m’avait pas franchement séduite. Pourtant, je me suis retrouvée complètement happée par ce roman. Je frissonnais avec les personnages, persuadée moi aussi d’être coincée en pleine tempête de neige.

A priori, l’histoire de ce pauvre petit Rafael, battu par ses frères, ignoré par sa mère, vivant en plein cœur des steppes de Patagonie ne m’enchantait pas plus que ça. Mais avec Sandrine Collette, on se retrouve en immersion. Je ne sais pas comment elle fait, mais j’ai l’impression d’entrer dans le livre. En tendant les doigts, je pourrais ramasser le chapeau du garçon, en respirant trop fort, je risquerais d’avaler de la poussière, mais avant tout, je réconforterais ce pauvre garçon.

A l’instar de Franck Bouysse, Sandrine Collette met en scène des personnages taiseux, des personnages que l’on ne croise pas à tous les coins de rue. Alors forcément, ce genre de lectures marque. Rafael est un personnage attaché à sa terre. Là où ses frères et sa mère ne sont qu’ombres et douleurs, Rafael brille comme un soleil, malgré la rudesse de sa vie, malgré le manque d’amour.

La fin m’a surprise. Je l’ai beaucoup aimée. Il reste la poussière a reçu le Prix Landerneau Polar en 2016. Rien d’étonnant et je ne peux que vous le conseiller si vous rêvez d’évasion.

Mercredi, je vous parlerai d’Amelia et vous verrez que ces deux romans n’ont rien en commun.

Il reste la poussière – Sandrine Collette – Le Livre de Poche

Publicités

4 réflexions sur “Il reste la poussière – Sandrine Collette

  1. Pingback: Amelia – Kimberly McCreight | Mademoiselle Maeve

  2. Pingback: Je vide ma PAL saison 2 épisode 2 | Mademoiselle Maeve

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s