Petits meurtres à Mangle Street – M. R. C. Kasasian

photostudio_1486070721394

le-resume

« Londres 1892. Une femme est sauvagement assassinée dans le quartier pauvre de Whitechapel. Désemparée par l’inefficacité de la police, la mère de la victime engage Sidney Grice, le plus célèbre détective privé de Londres.
D’une intelligence acérée, pointilleux et exigeant, l’homme est d’une efficacité redoutable. Il pense que le « sexe faible » n’a pas sa place dans un cabinet de détective, mais il fait tout de même appel à March Middleton, une jeune femme excentrique un peu trop portée sur le gin, pour l’assister dans cette affaire.
L’irrésistible duo mène l’enquête et découvre que le mystérieux meurtre n’était que le premier d’une sinistre série. Dans un Londres ou planent des ombres terrifiantes, le danger rôde à chaque coin de rue… »

monavis

J’ai choisi ce roman pour mon papa qui, comme moi, aime beaucoup Anne Perry. En le voyant à Cultura, je me suis dit que ça pourrait être une petite enquête sympa et pourquoi pas le début d’une série vraiment chouette.

Au début, il n’a pas été franchement séduit, trouvant l’histoire trop glauque. Mais au moment où il me l’a prêté, il était beaucoup plus emballé, content d’être allé jusqu’au bout de sa lecture et il m’a même glissé : « tu vas voir, ils sont encore meilleurs que Monk et Pitt ». En grande fan de Monk et Pitt, j’ai eu du mal à le croire. Mais bon, après tout… En tout cas, il ne pouvait pas dire mieux pour me donner envie de le lire.

March Middleton arrive chez son tuteur à Londres et découvre qu’il est un célèbre détective « personnel » – Sidney Grice n’aime pas qu’on parle de détective privé. Mais elle découvre surtout qu’il vit comme un ascète et ne supporte ni lait, ni viande, ni tabac, ni alcool, ni rien de ce qui pourrait limiter ses capacités olfactives ou intellectuelles. Pour une jeune femme au fort caractère, portée sur le gin, les cigarettes et la viande, son nouveau régime de vie est loin de l’enchanter. En revanche, les activités de Sidney Grice lui plaisent beaucoup et elle exige d’être associée à une enquête concernant l’assassinat violent d’une femme.

Sidney Grice est irascible et détestable. Sa filleule est beaucoup plus sympa, mais aussi plus naïve. Leur duo est bien équilibré et plutôt drôle. Je n’ai pas pu m’empêcher de trouver que Grice ressemblait à Sherlock, enfin une version post cure de désintox. Et forcément, j’ai donné à March le rôle du Docteur Watson, d’autant plus qu’elle a assisté son père sur le front en tant qu’aide médécin et qu’elle a écrit ses mémoires. Il y a d’ailleurs un sympathique clin d’œil à la fin.

En revanche, je comprends mon papa, il y a des passages glauques – les meurtres, bien sûr – mais aussi tous ces moments où Sidney Grice tripote son œil de verre, ou quand il ne le porte pas, ou lorsqu’il le fait tomber… Des petits détails dont j’aurais pu me passer, mais qui participent aussi à donner un côté burlesque à ce roman.

Apparemment, M. R. C. Kasasian avec Petits meurtres à Mangle Street a démarré une série qui a plutôt bien marché, alors je croise les doigts pour qu’il y ait un nouveau tome des aventures des détectives Middleton et Grice.

Petits meurtres à Mangle Street – M. R. C. Kasasian – City Editions

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s