Là où tu iras j’irai – Marie Vareille

photostudio_1490978238622

le-resume

« Isabelle a 32 ans, un chihuahua nain prénommé Woody-Allen et une carrière d’actrice comparable à celle du Titanic : prometteuse en théorie, catastrophique en pratique.
Le jour où elle refuse la demande en mariage de l’homme qu’elle aime, sous prétexte qu’elle ne veut pas d’enfant, elle se retrouve à la rue, avec pour toute fortune vingt-quatre euros sur son compte en banque. Elle est alors forcée d’accepter le seul travail qu’on lui propose : utiliser ses talents de comédienne pour séduire Jan Kozlowski, un jeune veuf sur le point de se remarier.
La voilà donc partie en Italie, dans la maison de vacances de la richissime et déjantée famille Kozlowski. Seule ombre aux deux semaines de dolce vita qui se profilent : pour exécuter en toute discrétion sa mission « séduction », Isabelle devra jouer le rôle de l’irréprochable nanny anglaise de Nicolas, 8 ans, qui n’a pas prononcé un seul mot depuis la mort de sa mère cinq ans plus tôt. Isabelle est bien loin d’imaginer à quel point cette rencontre improbable avec ce petit garçon blessé par la vie va bouleverser sa vision du monde. »


monavis

J’ai découvert Marie Vareille en lisant Je peux très bien me passer de toi, une comédie romantique drôle et très bien écrite qui m’a ravie. En découvrant cette auteure, je me suis dit que je n’allais plus être obligée de me tourner systématiquement vers les auteurs anglais pour trouver de la bonne chick-lit. Je venais de trouver ma Sophie Kinsella frenchie ! Ça s’est d’ailleurs confirmé ensuite quand j’ai lu le premier roman de Marie Vareille, Ma vie, mon ex et autres calamités que j’ai adoré !

Marie Vareille a reçu le prix Confidentielles pour Je peux très bien me passer de toi et le Prix du meilleur roman jeunesse du Parisien pour Élia, la Passeuse d’âmes. Je ne suis donc vraisemblablement pas la seule à être tombée sous le charme.

Forcément quand j’ai découvert qu’elle sortait un nouveau roman, j’ai fait des petits bons de joie (oui, je suis comme ça) et je me suis précipitée sur Là où tu iras j’irai, en version numérique (je m’y mets doucement et j’apprécie maintenant que j’ai une liseuse trop chouette).

Sans grande surprise, j’ai vraiment aimé cette lecture et faire connaissance avec Isabelle, trentenaire un peu barrée qui a un chien nommé Woody-Allen qui pourrait se présenter au concours du Chien le plus moche du monde. Les enfants de Jan Kozlowski sont aussi des personnages vraiment sympa, on sait qu’on va les aimer dès qu’on les rencontre. Mais c’est moins sûr qu’Isabelle les apprécie, puisqu’elle refuse la demande en mariage de Quentin, son amoureux parfait, parce qu’elle n’aime pas les enfants et qu’elle n’en veut pas.

Évidement, c’est une comédie romantique, donc on sait que les choses se finiront bien, mais le scénario n’est pas cousu de fil blanc. En commençant la lecture, on peut imaginer la fin, mais il y a de grandes chances pour que tout ne se déroule pas comme on l’avait imaginé. Et puis quand bien même. Je le redis souvent ici, mais parfois le voyage compte plus que la destination. Surtout quand on s’amuse !

Là où tu iras j’irai – Marie Vareille – Mazarine éditions

coeurcoeur

Publicités

10 réflexions sur “Là où tu iras j’irai – Marie Vareille

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s