Les larmes noires sur la terre – Sandrine Collette

photostudio_1495571622932

le-resume

« Il a suffi d’une fois. Une seule mauvaise décision, partir, suivre un homme à Paris. Moe n’avait que vingt ans. Six ans après, hagarde, épuisée, avec pour unique trésor un nourrisson qui l’accroche à la vie, elle est amenée de force dans un centre d’accueil pour déshérités, surnommé «la Casse».
La Casse, c’est une ville de miséreux logés dans des carcasses de voitures brisées et posées sur cales, des rues entières bordées d’automobiles embouties. Chaque épave est attribuée à une personne. Pour Moe, ce sera une 306 grise. Plus de sièges arrière, deux couvertures, et voilà leur logement, à elle et au petit. Un désespoir.
Et puis, au milieu de l’effondrement de sa vie, un coup de chance, enfin : dans sa ruelle, cinq femmes s’épaulent pour affronter ensemble la noirceur du quartier. Elles vont adopter Moe et son fils. Il y a là Ada, la vieille, puissante parce qu’elle sait les secrets des herbes, Jaja la guerrière, Poule la survivante, Marie-Thé la douce, et Nini, celle qui veut quand même être jolie et danser.
Leur force, c’est leur cohésion, leur entraide, leur lucidité. Si une seule y croit encore, alors il leur reste à toutes une chance de s’en sortir. Mais à quel prix ? »

monavis

Les larmes noires sur la terre de Sandrine Collette était l’un des cinq romans en lice pour le prix du roman TMV 2017, avec Quelques jours dans la vie de Tomas Kusar d’Antoine Choplin, Nirvanah d’Yvonne Baby, Chère Brigande de Michèle Lesbre et Par amour de Valérie Tong Cuong.

Franchement, j’avais tellement envie de voir un roman noir dans ce prix ! Du coup, quand Les larmes noires sur la terre a été proposé dans la liste, j’ai levé les deux bras.

J’ai découvert Sandrine Collette l’an dernier dans le cadre du Prix du Livre de poche avec Six fourmis blanches, et j’avais été soufflée par le style de l’auteur. Puis j’ai lu Il reste la poussière, toujours dans le cadre du Prix du Livre de poche, mais cette année cette fois-ci et ça n’a fait que confirmer (pour moi) le talent de Sandrine Collette. Vous comprendrez donc que j’étais terriblement contente de lire Les larmes noires sur la terre, son tout dernier roman.

Comme les précédentes fois, j’ai pris une grosse claque. Alors, bon, il faut quand même savoir qu’il n’y a que peu de place pour l’espoir et la tendresse dans ce roman. Tout y est sombre et dur.

On est un peu déstabilisé au départ, car ce roman se déroule dans le futur – un futur dont on ne peut pas rêver. J’ai ressenti le même malaise qu’à la lecture – il y a très longtemps – d’I.G.H. de J.G. Ballard. Un futur qui me fait peur, car on pourrait tout à fait imaginer que notre société pourrait finir par ressembler à cela (pitié, non, pas ça).

Mo quitte son île pour réaliser un rêve, celui de vivre une vie meilleure en France. Malheureusement, rien ne se passe comme elle le souhaitait. Elle qui se faisait appeler « princesse » se transforme en Cendrillon après minuit. Vie misérable, ménage, coups, mais ce n’est pas le pire. Le pire, c’est quand elle arrive à La casse, sorte de prison, où l’on ne peut sortir que contre un grosse somme d’argent. Une somme impossible à trouver quand on travaille pour quatre-vingts centimes de l’heure…

A La Casse, Mo fait connaissance de femmes qui se serrent les coudes et cela va l’empêcher de sombrer, de trop sombrer, de sombrer trop vite.

Cette lecture est très dure. Elle fait réfléchir sur les dérives de notre société. Les camps, la misère, la violence. Un roman qui remue, longtemps encore après l’avoir refermé. Un grand Collette, mais un dur Collette.

Les larmes noires sur la terre – Sandrine Collette – Denoël

Publicités

7 réflexions sur “Les larmes noires sur la terre – Sandrine Collette

  1. Pingback: Prix du roman tmv 2017 – la délibération | Mademoiselle Maeve

  2. Pingback: Quelques jours dans la vie de Tomas Kusar – Antoine Choplin | Mademoiselle Maeve

  3. Pingback: Par amour – Valérie Tong Cuong | Mademoiselle Maeve

  4. Pingback: Nirvanah – Yvonne Baby | Mademoiselle Maeve

  5. Pingback: Chère brigande – Michèle Lesbre | Mademoiselle Maeve

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s