Nirvanah – Yvonne Baby

photostudio_1493567090374

le-resume

« Nirvanah, adolescente, débarque de façon inattendue chez Clémence, sa grand-mère. Commencent les séances de Parle-moi. Parfois Clémence raconte le passé, parfois elle s’interroge sur l’avenir. Nirvanah pose des questions, s’en va, revient, cherche à comprendre. Passent quelques après-midi, des guerres, la paix, l’écriture, le merveilleux de la vérité quand elle est transmise par le coeur. La parole est un don, qu’autorise l’écoute. Entre Clémence et Nirvanah, c’est une histoire d’amitié, de magie. »

monavis

Nirvanah d’Yvonne Baby était l’un des cinq romans en lice pour le prix du roman TMV 2017, avec Quelques jours dans la vie de Tomas Kusar d’Antoine Choplin, Les larmes noires sur la terre de Sandrine Collette, Chère Brigande de Michèle Lesbre et Par amour de Valérie Tong Cuong.

Il s’agit d’un court roman – un peu plus de 130 pages – qui traite de la relations entre une jeune fille de quinze ans et sa grand-mère.

Nirvanah débarque chez Clémence régulièrement, pour y dormir, discuter, écouter, parler. Elle aime sa grand-mère, aime ce qu’elle apprend avec elle, aime pouvoir parler de tout avec elle.

Et Clémence lui raconte la guerre, l’amour. Elle ne la juge pas, et c’est sans doute ce qui fait le ciment de cette relation. Quand Nirvanah n’est pas là, Clémence réfléchit à ce qu’elle lui dira, elle écrit même, comme s’il lui semblait important de lui transmettre un maximum de sa mémoire avant qu’il ne soit trop tard.

Si le style d’Yvonne Baby, ancienne journaliste et responsable du service culturel du Monde, est irréprochable, je ne suis pas vraiment rentrée dans cette histoire. J’ai eu la sensation d’avoir été propulsée au cœur de ces conversations entre Nirvanah et sa grand-mère, sans contexte, sans introduction. Comme si j’étais le témoin-voyeur d’une discussion à laquelle je n’ai pas été conviée. Ce récit m’a fait de la peine et m’a renvoyé à l’absence de ma propre grand-mère avec qui j’adorerais avoir encore des discussions comme Nirvanah avec Clémence.

Nirvanah – Yvonne Baby – Maurice Nadeau

Publicités

5 réflexions sur “Nirvanah – Yvonne Baby

  1. Pingback: Prix du roman tmv 2017 – la délibération | Mademoiselle Maeve

  2. Pingback: Quelques jours dans la vie de Tomas Kusar – Antoine Choplin | Mademoiselle Maeve

  3. Pingback: Les larmes noires sur la terre – Sandrine Collette | Mademoiselle Maeve

  4. Pingback: Par amour – Valérie Tong Cuong | Mademoiselle Maeve

  5. Pingback: Chère brigande – Michèle Lesbre | Mademoiselle Maeve

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s