Les bibliothécaires s’en mêlent

bib

Je travaille à deux pas d’une très jolie bibliothèque. Malheureusement pour moi, c’est à deux pas et non à l’intérieur que je travaille (rien n’est parfaitement parfait). Les bibliothécaires sont des personnes passionnées et j’ai toujours grand plaisir à discuter de livres avec elles. Certaines m’ont donné des idées de romans pour l’été et je me suis dit que ça pouvait être sympa de vous en parler.

Valérie est fan de littérature américaine, notamment de Joyce Carol Oates et Laura Kasischke, mais elle lit plein de choses très différentes. Les étés précédents, elle m’avait conseillé la trilogie de Marc Dugain : L’emprise, Quinquennat et Ultime partie, Tony Hogan m’a payé un ice-cream soda avant de me piquer maman de Kerry Hudson, Apocalypse bébé de Virginie Despentes et Derrière la porte de Sarah Waters.

Isabelle aime aussi la littérature américaine. Et aussi je littérature scandinave. Les récits de vie, de gens qui morflent, les atmosphères et les ambiances lourdes lui plaisent. Elle m’a déjà conseillé Lola Bensky de Lily Brett, Dans la rue j’entends les sirènes d’Adrian McKinty et Swanplandia de Karen Russell, que j’avais emporté dans ma valise pour le Canada et laissé à Québec (rassurez-vous, j’avais eu le temps de le finir.

Toutes les deux m’ont aussi parlé d’Elena Ferrante et j’avoue que j’avais passé un très bon moment en lisant les deux premiers tomes de la saga L’amie prodigieuse.

Mais revenons-en à nos coups de cœur de cet été. Pour Valérie, il s’agit de Marx et la poupée de Maryam Madjidi et pour Isabelle Un arrière-goût de rouille de Philip Meyer.

LNA_MADJIDI

le-resume

« Depuis le ventre de sa mère, Maryam vit de front les premières heures de la révolution iranienne. Six ans plus tard, elle rejoint avec sa mère son père en exil à Paris.
À travers les souvenirs de ses premières années, Maryam raconte l’abandon du pays, l’éloignement de sa famille, la perte de ses jouets – donnés aux enfants de Téhéran sous l’injonction de ses parents communistes -, l’effacement progressif du persan, qu’elle va tour à tour rejeter, puis adopter frénétiquement, au point de laisser enterrée de longues années sa langue natale. »

Le coup de cœur de Valérie

Cet été je vous emmène à la découverte d’une petite maison d’édition, le Nouvel Attila, qui a permis cette année de faire émerger sur la scène littéraire un nouveau talent, Maryam Madjidi, déjà récompensée par le Goncourt du premier roman.

Maryam Madjidi est née en 1980 à Téhéran en Iran. Son roman, Marx et la poupée est d’inspiration autobiographique et commence in utero en pleine révolution islamique quand sa mère, enceinte de sept mois, saute d’une fenêtre pour échapper aux barbus qui ont pris d’assaut l’université où elle est étudiante en médecine. En 1986, ses parents, militants communistes, fuient le régime de l’imam Khomeini et se réfugient en France. La petite Maryam nous parle alors de la douleur de l’exil, de l’apprentissage de la langue française et de la beauté de la poésie persane. Marx et la poupée est un texte beau et fort mais non dénué d’humour. Maryam Madjidi travaille aujourd’hui pour la Croix-Rouge française en enseignant le français aux mineurs isolés étrangers.

Marx et la poupée – Maryam Madjidi – Le nouvel Attila



81cFdypVIdL

le-resume

« Buell, petite ville sidérurgique de Pennsylvanie, autrefois prospère, est aujourd’hui à l’agonie : les usines abandonnées et les villages fantômes ont remplacé les hauts-fourneaux. Les adolescents du coin essaient d’échapper à la désolation ambiante pour s’inventer un avenir… Avec l’aide de Billy, son meilleur ami, Isaac décide de s’enfuir en Californie. Mais très vite l’aventure tourne mal, et les deux garçons se retrouvent avec le cadavre d’un vagabond sur les bras. L’espoir a parfois un arrière-goût de rouille… »

Le coup de cœur d’Isabelle

Isaac a décidé de quitter la maison familiale et de s’inscrire dans une fac loin de chez lui. Quitter son père invalide, quitter ce bled sinistré par l’arrêt des usines sidérurgiques. Son copain Billy,  plutôt sportif et bagarreur, a lui aussi tergiversé sur le choix de ses études. Il a repoussé les possibilités d’avenir qui lui étaient proposées.  Le jour de son départ, Isaac rejoint Billy pour le décider à faire un bout de chemin avec lui. Arrive un évènement tragique : un des deux jeunes commet un meurtre.

Chaque chapitre de ce roman porte le prénom d’un des personnages (la mère de Billy, le policier, la sœur et le père d’Isaac). Tous se posent des questions sur les décisions qu’ils ont prises et  sur leurs conséquences. Des souvenirs leur reviennent.

Roman noir dans lequel  Isaac et Billy sont confrontés l’un comme l’autre  à la violence et à la peur. Philip Meyer, dont c’est le premier roman, souligne le contexte économique et social de la Pennsylvanie marqué par les milliers d’emplois disparus dans les années 80. En opposition à toute cette noirceur, il n’oublie pas de décrire la nature boisée et verdoyante qui a repris ses droits parmi les restes d’usines à l’abandon.

Un arrière-goût de rouille – Philip Meyer – Folio



Et en bonus) Et la vie nous emportera de David Treuer

ppm_medias__image__2016__9782226318244-x

1942 : l’Amérique vient d’entrer en guerre. Comme tous les ans, le couple Weshburn va passer l’été dans sa propriété du Minnesota, gardée par Félix,  un vieil  indien taiseux. Ils attendent leur fils Frankie, étudiant à Princeton, qui va bientôt partir en Europe comme officier bombardier. Ces vacances ont donc un goût très particulier, d’autant qu’un camp de prisonniers allemands a été installé en face de la propriété. Alors que Frankie débarque du train, il apprend que l’un des prisonniers allemands s’est évadé.  Accompagné de Félix et Billie, son ami métis, il se lance à sa recherche. On suit la jeunesse et le passage à la vie adulte de deux jeunes,  passage précipité par un drame et par la guerre. Malgré quelques longueurs, j’ai apprécié l’écriture de qualité, l’intrigue forte, émouvante, douloureuse, comme souvent avec les romans de la collection « Terres d’Amérique ».

Et la vie nous emportera – David Treuer – Albin Michel

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s