Zero – Marc Elsberg

photostudio_1500883565275

le-resume

« Londres, de nos jours. Un adolescent est abattu lors d’une course-poursuite. Ce drame conduit Cynthia Bonsant, journaliste au Daily, à enquêter sur les agissements de Freemee, société américaine high-tech spécialisée dans la collecte et l’analyse de données, qui promet à ses dizaines de millions d’utilisateurs une vie meilleure grâce à ses applis. Dans un monde où réseaux sociaux, sites de e-commerce, caméras de sécurité et objets connectés sont les parfaits alliés de la surveillance globale, le chemin qui mène à la vérité va se révéler aussi ardu que dangereux. »

Ce mois-ci pour le match du Prix du roman Livre de Poche 2017 catégorie Polar, il y avait trois titres en compétition : Tant de chiens de Boris Quercia, La vérité et autres mensonges de Sascha Arango et Zero de Marc Elsberg.

monavis

Pour cette sélection ce mois-ci, je n’ai lu que Tant de chiens et Zero puisque j’avais déjà lu et chroniqué La vérité et autres mensonges de Sascha Arango.

Quand j’ai vu que Zero était dans la sélection, j’avoue que j’ai fait une drôle de grimace. J’avais dû lire Black-out du même auteur l’an dernier pour le Prix 2016 et ce roman m’avait profondément perturbée. Alors forcément, je n’étais pas certaine d’être prête à revivre une telle expérience d’angoisse. Mais bon, je prends mon rôle de jurée très à cœur et je n’allais pas laisser ce livre de côté, non ?

Si Black-out s’attaque à notre société en supprimant l’électricité et en nous plongeant dans le chaos le plus total (ce qui me fait penser que je n’ai pas acheté un stock de bougies et de lampes solaires comme j’avais eu envie à le faire en lisant ce roman effrayant), Zero met en avant notre façon de mettre nos données à disposition de sociétés qui se font de l’argent avec et nous inondent de publicités et de suggestions de pensées en fonction de nos centres d’intérêt, de notre âge, de nos amis, des séries que l’on regarde, des e-shops que l’on fréquente… Ces fichues pub qui vous montrent les chaussures sur lesquelles vous bavez dès que vous ouvrez une page internet, vous voyez de quoi je parle ?

Cynthia Bonsant est journaliste au Daily à Londres. La quarantaine passée, elle est un peu dépassée par les directives de son rédacteur en chef. « Le papier c’est ringard », « ça ne sert à rien d’écrire, fait une vidéo ou une infographie, ça suffit ». En clair, pourquoi écrire, franchement, les gens ont arrêté de lire. Il faut du fun aujourd’hui, du racoleur, du facile à comprendre… Si toi aussi ça t’énerve, tape 1. Bref, Cynthia, pleine de bonne volonté et ayant besoin d’argent pour vivre et faire vivre sa fille, tente de s’adapter au mieux. Et quand on lui pose sur le nez des prototypes des lunettes connectées, elle ne se plaint pas. Au contraire, elle est assez captivée par toutes les infos que l’on peut trouver sur n’importe qui avec un simple logiciel de reconnaissance faciale… Captivée, mais aussi un peu mal à l’aise sur tout ce que l’on peut savoir sur elle, notamment des choses qu’elle pensait avoir gardé pour elle…

La mort d’un gamin, ami de sa fille et les vidéos du  cyber-terroriste Zero vont plonger Cynthia dans une enquête dangereuse sur la société high-tech Freemee qui propose à chacun de récupérer ses données et de les vendre (pourquoi ce serait les autres qui se feraient de l’argent sur notre dos après tout) et pour qu’elles aient plus de valeurs, il suffit de suivre quelques conseils données par les applications Freemee. Des applications censées nous vouloir du bien. Mais est-ce vraiment le cas ? Freemee n’essaierait-elle pas de manipuler certains utilisateurs ? Et jusqu’où est-elle prête à aller ? Cynthia va se frotter à bien plus gros qu’elle… mais pourra compter sur l’aide de certains résistants.

L’histoire est plutôt bien ficelée et crédible (c’est le pire) et je n’ai pas vu le temps passer, tant j’étais occupée à dévorer ce roman. J’ai été bien moins terrorisée que par Black-out, mais ça ne veut pas dire que ce n’est pas flippant.

Vous aurez peut-être envie de lancer votre téléphone par la fenêtre, de vous déconnecter des réseaux ou du moins de vérifier vos paramètres de sécurité après avoir lu ce roman, mais c’est tant mieux (enfin, peut-être pas de lancer votre téléphone par la fenêtre, c’est un peu extrême). Il est clair que Zero fait réfléchir. L’idée pourrait être en tout cas, de déconnecter de temps en temps, de réfléchir à ce que l’on dit, ce que l’on accepte de communiquer et bien entendu à ce que l’on voit sur Internet. Vérifier les fausses infos, les sources des articles que l’on voit passer.

Zero – Marc Elsberg – Livre de Poche

Publicités

5 réflexions sur “Zero – Marc Elsberg

  1. Pingback: Tant de chiens – Boris Quercia | Mademoiselle Maeve

  2. Pingback: Je vide ma PAL – saison 2 épisode 7 | Mademoiselle Maeve

  3. Pingback: La soirée du Prix Livre de Poche 2017 | Mademoiselle Maeve

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s