Il faut qu’on parle de Kevin – Lionel Shriver

photostudio_1500451491607

le-resume

« À la veille de ses seize ans, Kevin Khatchadourian exécute neuf personnes dans son lycée. A travers des lettres au père dont elle est séparée, sa mère retrace l’itinéraire meurtrier de leur fils. Un roman coup-de-poing, violent, complexe, qui s’attaque aux pires des tabous. »

monavis

Je ne sais pas combien de fois j’ai évoqué Il faut qu’on parle de Kevin sur le blog, mais au moins un bon paquet (amis de la précision, bonjour). Je ne savais pas si j’oserais un jour lire ce roman de Lionel Shriver. En fait, ce n’est pas tout à fait vrai, je savais que je finirais par le lire, mais cette lecture m’angoissait. J’avais peur d’être trop chamboulée ou trop fascinée.

J’ai déjà lu Big Brother de cette auteure et vraiment bien aimé le style de Shriver. J’ai retrouvé un peu de Pandora dans Eva. Le côté « control freak » et la relation au poids, à l’obésité et à la culpabilité.

Dans Il faut qu’on parle de Kevin, Eva est folle amoureuse de son mari Franklin, elle est à la tête d’une entreprise qui édite des guides de voyages et passe son temps à parcourir le monde. A 37 ans, la question de la maternité se pose et si Eva ne se voit pas vraiment mère, elle imagine bien s’occuper d’un petit être qui ressemblerait à Franklin, mais sans pour autant mettre sa carrière de côté. Lorsqu’elle apprend qu’elle est enceinte, elle fait un malaise et le jour de l’accouchement, son bébé détourne la tête, ne veut pas d’elle. Le ton est donné, la relation entre Kevin et Eva est toxique.

Kevin ne ressemble à aucun autre enfant. Eva le trouve sombre et effrayant, elle le surveille et s’inquiète, le voit jour après jour devenir capable de tout. Dès qu’elle en parle à son mari, il rejette ses craintes et refuse de l’écouter. Et pourtant… A quelques jours de ses seize ans, Kevin va se rendre au lycée, comme tous les jours, sauf que ce jour-là, il va tuer certains de ses camarades.

Il faut qu’on parle de Kevin est un long roman épistolaire. Eva écrit à Franklin, elle se livre, raconte tout, permet de rassembler les pièces du puzzle qui ont conduit Kevin a rejoindre les bancs des adolescents américains ayant fait un carnage dans leur école.

Ce roman se lit comme on regarderait un accident de voiture. En passant au ralenti, en essayant de voir le plus de détails possibles, tout en espérant ne pas apercevoir le pire. C’est à la fois glaçant et fascinant. Les éléments arrivent par petites touches et le roman questionne. Sur la maternité, l’amour, la rage, l’indifférence, la responsabilité. Eva et Kevin sont des personnages que je ne vais pas oublier de sitôt. Je pense même que ce roman va me hanter pendant un long moment…

Il m’a, en tout cas, donné envie de me replonger dans American Girl de Jessica Knoll (si vous ne connaissez pas, je vous conseille vraiment ce roman) et j’ajoute à la liste de romans que j’aimerais lire Le chagrin et la grâce de Wally Lamb et Hey Nostradamus ! de William Coupland (comme si je n’avais rien d’autre à lire…).

Il faut qu’on parle de Kevin a été adapté au cinéma par Lynne Ramsay en 2011 avec Tilda Swinton, John C Reilly et Ezra Miller. J’ai vu le film après avoir terminé le livre et il ne m’a pas plu. En même temps, il me semble difficile d’adapter ce long monologue, entrecoupé de flashs. L’ensemble m’a semblé assez décousu et ne va pas assez dans le détail. En revanche, chapeau pour le casting : Ezra Miller et Tilda Swinson sont assez fascinants…

we-need-to-talk-about-kevin-movie-image-2

Il faut qu’on parle de Kevin – Lionel Shriver – France Loisirs

coeurcoeur

Publicités

6 réflexions sur “Il faut qu’on parle de Kevin – Lionel Shriver

  1. Cela fait plusieurs années que j’hésite, comme toi, à lire ce roman. Et, en même temps, j’aime ces histoires de gens ordinaires qui sont dépassés par des événements qui se transforment en tragédies. Tu me donnes envie de craquer en tout cas 🙂

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s