La saison des roses – Victoria Connelly

photostudio_1502667819596

le-resume

« À tout juste trente ans, Céleste Hamilton voit son destin tout tracé changer radicalement quand son mariage malheureux prend fin au moment même où meurt sa mère, avec laquelle elle entretenait de très mauvaises relations. Cette dernière laisse en héritage à ses filles la roseraie familiale au bord de la faillite. À contrecœur, Céleste retourne vivre dans le manoir de son enfance pour aider ses deux sœurs à restaurer la propriété et remettre sur pied l’entreprise familiale.Rejetée dans son enfance par sa mère narcissique, Céleste est rongée par le manque de confiance en elle. Mais pour éviter de perdre le manoir familial, elle devra trouver le courage d’affronter l’avenir et de prendre des décisions difficiles. »

monavis

En démarrant La saison des roses, je n’ai pas peu m’empêcher de penser à un autre roman lu durant l’été : Les roses de Somerset de Leila Meacham. Il y a quelques points de comparaison : la famille au centre de l’intrigue, les roses évidemment et la lutte pour garder le domaine familial. Mais la comparaison va s’arrêter là, car l’histoire des Roses de Somerset est beaucoup plus dense et se déroule sur plusieurs générations, alors que La saison des roses est un roman plus léger et ne tourne qu’autour des trois sœurs : Céleste, Gertrude et Evelyne.

Céleste, l’aînée des sœurs Hamilton, revient s’installer dans le manoir familial à la mort de sa mère pour aider ses sœurs à tenter de sauver l’entreprise Roses Hamilton. Beaucoup de souvenirs rejaillissent, la jeune femme avait fui sa mère et son harcèlement psychologique. Elle constater rapidement que les plafonds s’effondrent et que l’entreprise ne génère pas assez d’argent pour couvrir les réparations. L’argent doit donc venir d’ailleurs. Et la première étape sera de se séparer des tableaux familiaux dont un Fantin-Latour. Elle va donc faire appel à un expert pour la vente, Julian. Chacune des sœurs va avoir à affronter ses propres démons et apprendre à se confier aux autres pour réussir à aller de l’avant sereinement.

C’est une lecture très agréable. J’aime bien ces histoires de familles. Cela m’a fait penser à un autre roman que j’avais adoré : Les sœurs Andreas de Eleanor Brown.C’est une lecture légère et parfaite pour l’été. Mais finalement, pas si légère que ça, car certains sujets sont abordés comme la maladie mentale dont souffrait la mère de Céleste, Gertrude et Evelyne, les mensonges, l’adultère, l’abandon, le deuil. Et si vous aimez les roses et que vous avez envie d’un peu de douceur, ce livre pourrait bien vous séduire, comme il m’a touchée.

Pour ceux qui ne connaissent pas Henri Fantin-Latour, voici l’un de ses tableaux :

roses-1894

signature

Victoria Connelly – La saison des roses – amazon crossing – 331 pages

Publicités

3 réflexions sur “La saison des roses – Victoria Connelly

  1. Pingback: Je vide ma PAL – saison 2 épisode 8 | Mademoiselle Maeve

  2. Pingback: Emma dans la nuit – Emma Walker | Mademoiselle Maeve

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s