La meilleure d’entre nous – Sarah Vaughan

photostudio_1512043220781
le-resume

« N’oubliez pas : la pâtisserie est une preuve d’amour. » Kathleen Eaden, L’Art de la pâtisserie, 1966.
Angleterre, de nos jours. Le concours pour élire la nouvelle Kathleen Eaden a commencé ! Cinq candidats sont en lice, réunis par une passion commune. Mais la confection d’un cheesecake ou d’un Paris-Brest ne suffit pas toujours à faire oublier les blessures et les peines. Jenny, la cinquantaine tout en rondeurs, délaissée par son mari ; Vicki, qui aspire à plus qu’à élever son petit Alfie ; Claire, la jeune caissière mère célibataire qui ne rêve même plus d’une autre vie ; Karen, dont l’apparente perfection dissimule bien des secrets ; sans oublier Mike, veuf en pleine thérapie culinaire… Au cours d’une compétition aussi gourmande qu’échevelée, tous apprendront que l’art de la vie est au moins aussi difficile que celui de la pâtisserie.

monavis

Récemment, j’ai lu tellement de polars que je suis presque arrivée à saturation – presque, il ne faut pas exagérer quand même. Commençant à voir les potentiels tueurs se cachant dans toutes les personnes que je croisais, je me suis dit qu’il était temps de lire quelque chose de moins anxiogène. Et le premier roman de Sarah Vaughan, La meilleure d’entre nous, me semblait absolument parfait.

J’ai découvert cette écrivaine en lisant son second roman La ferme du bout du monde et j’avais beaucoup apprécié cette histoire de famille. Toute douce.

Dans La meilleure d’entre nous, premier roman de la journaliste anglaise, il est question de pâtisserie. La chaîne de magasins Eaden organise un concours pour trouver le ou la pâtissière qui pourra remplacer – ou du moins marcher dans les pas de Kathleen Eaden, référence en la matière, et dont le livre L’Art de la pâtisserie a une bonne place dans nombre de foyers anglais.

Jenny, Vicki, Claire, Karen et Mike tentent leur chance. Ils partagent tous la même passion et ils partagent aussi bien plus : des fêlures. Jenny est délaissée par son mari méprisant et allergique aux calories ; Claire voudrait offrir une meilleure vie à sa fille, son maigre salaire ne lui permettant pas de le faire ; Vicki aimerait impressionner sa mère et se prouver qu’elle arrive à quelque chose ; Karen cache de terribles blessures sous un verni d’assurance et de séduction et Mike voudrait qu’on lui dise qu’il fait bien les choses pour ses enfants car il n’y a plus personne chez lui pour l’encourager ou le conseiller. Loin d’être en réelle concurrence – même si chacun aimerait gagner – les candidats vont se soutenir. Mettre le doigt sur ce que les autres ne voient pas. L’assurance naturelle de l’une, la gentillesse de l’autre…

La meilleure d’entre nous est un vrai feel good book dans l’univers du Meilleur pâtissier. J’ai aimé faire connaissance avec les personnages et les voir se sentir mieux au fil des pages. Je ne vais pas vous cacher que certains passages m’ont beaucoup émue. J’ai ère très touchée par cette histoire. Je ne vous garantie pas que vous n’aurez pas envie de préparer un battenberg ou des sablés après cette lecture. Ou simplement de manger un gros gâteau au chocolat. Mais je vous garantis que vous aurez le moral et que vous vous sentirez bien. Réconfortés.

signature

La meilleure d’entre nous – Sarah Vaughan – Livre de poche – 537 pages (février 2017)

Acheter ce roman chez Cultura

Publicités

8 réflexions sur “La meilleure d’entre nous – Sarah Vaughan

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s