Juste avant la nuit – Isabel Ashdown

photostudio_1519817390374

le-resume

« Lors des funérailles de leur mère, Jess retrouve sa sœur Emily, perdue de vue depuis près de quinze ans. Emily lui propose de venir habiter chez elle et son mari, James, dans leur maison de l’île de Wight. Le soir du Nouvel An, le couple part faire la fête et laisse Jess avec leur bébé, Daisy. Lorsqu’ils rentrent, au petit matin, la police est là. Daisy a disparu. Le cauchemar commence. Bien vite, l’inspectrice Jacobs, en charge de l’enquête, relève des incohérences dans les récits des uns et des autres. De secrets en mensonge, les relations entre les protagonistes se fissurent peu à peu au cours d’un huis clos éprouvant. Que s’est-il réellement passé cette nuit-là ? »

monavis

Juste avant la nuit d’Isabel Ashdown est le nouveau roman que j’ai eu à lire en tant que membre de la Team thriller du Cherche-Midi. Vous le savez sans doute, si vous passez de temps en temps sur mon blog : j’ai beaucoup de mal à résister à un thriller. Et celui-ci m’avait l’air plutôt prometteur : la disparition d’un enfant, des secrets, des histoires de famille et un huis clos sur une île.

Dans ce premier roman traduit en français, on suit les deux sœurs Emily et Jess d’un chapitre à l’autre. Emily vit sur l’île avec son mari, sa belle-fille de quinze ans, sa petite fille Daisy et depuis peu avec sa sœur Jess, revenue dans sa vie après plus de quinze ans de silence.

On comprend rapidement qu’il y a eu un clash entre les deux sœurs et que chacune semble avoir quelque chose à se faire pardonner. Mais quoi ?

Jess est un personnage vraiment attachant. Emily, en revanche… Malgré mes efforts, je n’ai ressenti aucune empathie pour elle, même si c’est elle la mère du bébé disparu. Je l’ai trouvée tellement antipathique que j’ai même eu un peu de mal à entrer dans le livre.

Le personnage d’Emily est narcissique – j’ai l’impression d’être poursuivie et de retrouver cette pathologie dans la plupart des livres que je lis. Ayant peu de sympathie pour elle, j’ai trouvé que le roman était assez peu intéressant et j’imaginais déjà la fin. Mais au fur et à mesure, j’ai compris qu’Isabel Ashdown avait eu envie de jouer avec les lecteurs. Et le thriller moyen sans surprise que je croyais avoir entre les mains s’est transformé en petite bombe. Vous voyez quand vous êtes à la plage et que vous attendez une vague et que finalement vous vous en prenez plusieurs dans le nez sans pouvoir reprendre votre souffle ? Et bien Juste avant la nuit m’a fait c’est effet là. Pas mal.

signature

Juste avant la nuit – Isabel Ashdown – Cherche-Midi – 357 pages (mars 2018)

Acheter ce roman chez Cultura

Publicités

8 réflexions sur “Juste avant la nuit – Isabel Ashdown

Répondre à Mon Totem Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s