Le monde selon Britt-Marie – Fredrik Backman

photostudio_1523294055540
photostudio_1555885361723

« Britt-Marie, soixante-trois ans, n’est absolument pas passive-agressive. C’est juste que la crasse et les couverts rangés n’importe comment la font hurler intérieurement. Après quarante ans de mariage et une vie de femme au foyer, elle a besoin de trouver un emploi au plus vite. Le seul poste qu’on lui propose la conduit à Borg, un village frappé par la crise qui s’étire le long d’une route où tout est fermé, à l’exception d’une pizzeria qui empeste la bière. Ce qu’elle ne sait pas, c’est qu’à Borg le ballon rond est roi – et s’il y a une chose que Britt-Marie déteste plus que le désordre, c’est le football. Alors, quand les enfants du village ont si désespérément besoin d’un entraîneur que la commune est prête à confier le boulot au premier venu, peu importe qu’elle n’y connaisse rien ! Pas du genre à se laisser démonter, Britt-Marie, avec sa nouvelle casquette de coach, entreprend de faire un grand ménage à Borg, qui a, comme elle, besoin d’un renouveau et d’une seconde chance. Le monde selon Britt-Marie est l’histoire d’une femme qui a attendu toute une vie que la sienne commence enfin. Un plaidoyer chaleureux pour tous les marginaux qui peuplent nos vies sans qu’on leur prête attention – alors que leur vision du monde peut transformer le nôtre. »
coupdecoeur

J’ai découvert Fredrik Backman avec son second roman Ma grand-mère vous passe le bonjour. Et ça avait été un véritable coup de cœur. Alors découvrir qu’il venait de sortir un nouveau roman m’a vraiment fait plaisir.

Je préfère vous dire que si pour moi cet auteur suédois est vraiment, vraiment, chouette, tout le monde ne tombe pas sous son charme. J’avais prêté Ma grand-mère vous passe le bonjour à ma maman et elle n’a pas accroché, trop onirique, avec un style qu’elle n’a pas aimé (quelle déception pour moi). Je vous préviens donc que Fredrik Backman ne fait pas l’unanimité (bon OK, je n’ai pas poussé très loin cette enquête, j’avoue, du coup, j’en reste à. 50-50).

D’ailleurs, il m’a fallu quelques pages du Monde selon Britt-Marie pour me familiariser avec le style. Des phrases courtes, parfois hachées, en tout cas au début. Après, je ne me souviens plus, j’étais avec Britt-Marie, je n’ai pas fait attention. J’étais happée par son histoire.

Britt-Marie a soixante-trois ans et pour la première fois, elle doit chercher du travail. Elle a passé toute sa vie à s’occuper de son mari et de sa famille, à briquer l’appartement, mais un jour, elle se rend compte que si elle disparaît, personne ne le remarquera ; qu’on finira par se rendre compte de son décès à cause de l’odeur. Et ça Britt-Marie ne le veut pas. Britt-Marie veut compter pour quelqu’un. Et elle pense que si elle trouve un boulot, au moins ses collègues remarqueront son absence. Et que cela évitera qu’on la retrouve morte dans son appartement au bout de trois mois.

Alors ce n’est pas très gai comme début pour un roman, je vous le concède, mais cela permet de toucher du doigt les inquiétudes de Britt-Marie. Ses névroses aussi.

Sa conseillère du pôle emploi finit par lui trouver un boulot à Borg, en tant que gardienne d’une MJC qui va fermer. L’arrivée de la sexagénaire à Borg est tonitruante. Sa voiture explose, elle se prend un ballon de foot dans la tête et elle est accueillie par Quelqu’un, une handicapée alcoolique qui parle vaguement la même langue qu’elle, mais rien n’est moins sûr. La MJC est poussiéreuse, un rat s’y est installé et impossible de mettre la main sur les produits d’entretien. Si sa voiture roulait encore, Britt-Marie aurait sans doute pris ses jambes à son cou. Mais il y a du ménage à faire et qui l’attend chez elle ?

Alors Britt-Marie retrousse ses manches et de fil en aiguille, elle va se retrouver coach de foot pour les gamins de la ville. Le seul problème, c’est que le foot,ce n’est pas trop son truc.

Le monde selon Britt-Marie est un roman vraiment touchant. Une galerie de personnages étonnants. Et c’est surtout un roman initiatique, l’histoire d’une femme qui a enfin l’occasion de vivre pour elle, de compter pour les autres, de changer les choses.

Les habitants de Borg accueillent presque tous cette nouvelle recrue avec bienveillance – certains habitués du bar-épicerie-garage-bureau de poste n’aiment pas trop le changement et les gens de la ville. Borg, c’est une petite ville moribonde, plus personne n’a de boulot, tout ferme et les gamins jouent au foot sur un parking. Il n’y a plus d’argent, mais il y a de l’espoir. Et de la solidarité. Et du chagrin.

Malgré les difficultés à Borg, ce roman est drôle et plein de tendresse. Je ne risque pas d’oublier Britt-Marie. Finalement, il n’y a qu’elle pour penser qu’elle ne compte pas pour les autres…

Bref, un coup de cœur !

Merci à Babelio et Mazarine pour l’envoi de ce roman et surtout merci pour la découverte.

photostudio_1555881547414

Le monde selon Britt-Marie – Fredrik Backman – Mazarine – 400 pages (mars 2018)

Acheter ce roman chez Cultura

9 réflexions sur “Le monde selon Britt-Marie – Fredrik Backman

  1. Pingback: Le monde selon Britt-Marie – Ma collection de livres

  2. Pingback: De Rachel Abbott à Marian Izaguirre | Mademoiselle Maeve

  3. Pingback: Une histoire du football en Touraine – Antoine Burbaud, Benjamin Henry, Jean-Eric Zabrodsky | Mademoiselle Maeve

Répondre à Mademoiselle Maeve Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s