Juste quelqu’un de bien – Angéla Morelli

photostudio_1522778881462
le-resume

« A trente-quatre ans, Bérénice n’a plus aucune certitude. Tout ce qu’elle croyait savoir sur la vie a pris l’eau, elle multiplie les amants, mais ne tombe jamais amoureuse et, cerise sur le gâteau, voilà qu’elle n’arrive plus à écrire une ligne, alors que l’écriture est sa raison d’être. Heureusement, elle peut compter sur les trois femmes de sa vie : sa mère et sa grand-mère, avec qui elle partage une jolie maison cachée au coeur de Paris, et Juliette, son amie d’enfance. Mais ça ne suffit plus. Bérénice n’a donc plus le choix. Elle doit enfin affronter les questions qu’elle a toujours refusé de se poser et accepter de faire une place… aux hommes de sa vie. En commençant par son père, dont elle ne sait rien, et par Aurélien, un homme surgi du passé, qu’elle vient de croiser et qui ne l’a pas reconnue. Dans ce roman lumineux et réjouissant traversé par une galerie de personnages attachants, Angéla Morelli brosse le portrait tendre d’une femme de son temps, qui, en cherchant à comprendre ce qui l’unit vraiment à ceux qu’elle aime, parviendra peut-être à devenir juste quelqu’un de bien. »

monavis

Stelda me fournit régulièrement des comédies romantiques, celles qui font du bien quand il fait gris, ou après une lecture un peu rude. A chaque fois que je repars de chez elle, chargée de romans, je pense à ma Pile à Lire et je culpabilise deux secondes, comme quand je mange un éclair au chocolat quand je suis censé surveiller ma ligne.

Je suis repartie de chez Stelda avec deux romans de chick-lit made in France, et l’un d’eux était Juste quelqu’un de bien d’Angéla Morelli, une auteure que j’avais très envie de découvrir.

L’histoire de Bérénice et Aurélien commence lorsqu’ils ont seize ans. Un baiser passionné dans une salle de bain a eu l’effet de la flèche de Cupidon. Pour Bérénice du moins… Quand ils se recroisent cinq ans plus tard, il n’a aucun souvenir de la jeune fille. Cinq ans plus tard, toujours pas… Rageant pour Bérénice. Mais les Parques ont clairement décidé de s’amuser avec ces deux là, les réunissant à nouveau, mais cette fois-ci, en y mêlant la famille.

Juste quelqu’un de bien est un agréable roman, une histoire qui change de l’ordinaire, avec des personnages attachants, de toutes les générations, avec une jeune femme qui a grandit parmi les femmes et qui s’interroge adulte sur son père. Une jeune femme qui a tout plaqué après avoir réalisé son rêve d’ado, nous rappelant que les rêves, ça grandit avec nous.

Le seul bémol : le titre. Il me met systématiquement la chanson d’Enzo Enzo dans la tête. Et même si je l’aime bien, c’est pénible. Mais bon, c’était vraiment pour trouver un petit truc à critiquer, parce que sinon, tout était parfait.

signature

Juste quelqu’un de bien – Angéla Morelli – Harlequin – 331 pages (octobre 2017)

Acheter ce roman chez Cultura

Publicités

6 réflexions sur “Juste quelqu’un de bien – Angéla Morelli

  1. Pingback: Je vide ma Pile à lire – saison 3 épisode 4 | Mademoiselle Maeve

  2. Pingback: Pas si simple – Lucie Castel | Mademoiselle Maeve

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s