Le radeau de Géricault – François Place et Bruno Pilorget

photostudio_1527001568563
le-resume

«Notre voisin est étrange, toujours pressé ou cloîtré dans son atelier. Il travaille même la nuit, comme un hibou. C’est un peintre qui, paraît-il, s’attèle à son chef-d’œuvre.
Il y a quelques mois, il a fait venir des charpentiers de marine et tout l’immeuble s’est mis à résonner de leurs coups de marteau et de rabot. Ils ont
construit un radeau ! Un radeau en plein Paris. Quelle drôle d’idée…»

Continuons notre semaine spéciale Littérature jeunesse avec L’Elan vert avec Le radeau de Géricault de François Place et Bruno Pilorget.

monavis

Le radeau de Géricault fait partie de la collection Pont des arts des éditions L’Elan vert et s’adresse aux jeunes lecteurs à partir de huit ans.

Dans le radeau de Géricault, François Place, auteur-illustrateur, a choisi non pas de relater la terrible histoire du radeau de La Méduse, mais plutôt le travail du peintre au début du XIXe siècle.
L’illustrateur Bruno a déjà travaillé pour la collection Pont des arts sur La Grande Vague, L’Enfant aux pistolets, et Omotou guerrier masaï.

Le radeau de Géricault est un hommage au tableau réaliste de Géricault, Le radeau de La Méduse.

1200px-JEAN_LOUIS_THÉODORE_GÉRICAULT_-_La_Balsa_de_la_Medusa_(Museo_del_Louvre,_1818-19)
La collection Pont des arts permet aux enfants de découvrir une œuvre d’art par le biais d’une histoire. Cela fait travailler l’imaginaire et donne envie d’inventer d’autres histoires encore.

On retrouve à la fin de l’album des informations sur l’artiste, l’œuvre, l’endroit où on peut l’admirer, les auteurs, bref tout ce dont on a besoin pour découvrir vraiment l’œuvre.

L’auteur a sans doute fait le bon choix ici en racontant plutôt l’histoire du peintre, sa passion pour les chevaux et son caractère solitaire et sans doute complètement habité par les horreurs qu’il entendait en interrogeant des survivants.

Le 2 juillet 1816, la frégate La Méduse, menée par un commandant inexpérimenté s’échoue sur le banc d’Arguin, au large de la Mauritanie. N’ayant pas assez de canots, seuls les nobles embarquent. Pour les 150 malchanceux restants, la seule solution est un radeau de fortune, construit à la hâte. Seuls quinze personnes sont encore en vie lorsqu’un bateau les repère et vient à leur secours. Certains mourront quelques jours plus tard. Et parmi les rescapés certains raconteront l’horreur, les cadavres, les combats, l’anthropophagie…

Le tableau de Géricault, aussi beau et réaliste soit-il, ne fera pas l’unanimité, certains estimant qu’on ne peut – ou qu’on ne doit – pas tout montrer.

Avec une histoire aussi douloureuse, je peux comprendre que cet album se concentre plutôt sur Géricault au moment où il travaillait sur son œuvre, plutôt que sur l’histoire du radeau de La Méduse.

Le radeau de Géricault est un très bon album, qui permet d’évoquer ce drame, mais aussi de parler de l’artiste.

signature

Le radeau de Géricault – François Place et Bruno Pilorget – L’Elan vert – 32 pages – dès 8 ans (avril 2018)

Acheter cet album chez Cultura

Publicités

Une réflexion sur “Le radeau de Géricault – François Place et Bruno Pilorget

  1. Pingback: Je vide ma Pile à lire – saison 3 épisode 5 | Mademoiselle Maeve

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s