Aesculapius – Andrea H. Japp

photostudio_1525284965705

le-resume

« Un comté de France, en ce début du XIVe siècle, où l’Inquisition fait rage. Un médecin condamné à la Question pour avoir pratiqué des accouchements sans douleur. Une pierre rouge qui a fait couler beaucoup de sang et dont il faut percer le mystère. Des menaces sourdes. Une peur tenace. Et si les ennemis du mire s’en prenaient à Héluise, sa fille, son élève et sa confidente ? Et puis la cabale, et puis l’exil intérieur, et puis la fuite. Héluise contrainte de courir le pays. Druon de Brévaux, lui-aussi mire itinérant, obligé de battre la campagne pour proposer ses services. Sans oublier Huguelin, garçonnet enlevé des mains sadiques d’une tavernière sans scrupules ; la comtesse Béatrice en proie à un complot ; une bête monstrueuse qui sème la terreur. Des traîtrises, des revirements, des puissants qui se jouent des humbles, des innocents sacrifiés sur l’autel du pouvoir et tant de pièges à déjouer, d’énigmes à élucider. La Science arrivera-t-elle à déchirer les voiles du mensonge et de l’obscurantisme ? »

monavis

Mon papa m’a prêté une pile entière de romans historiques d’Andrea H. Japp et dans le tas se trouvait la série Druon de Brémont. Je n’étais pas vraiment tentée et j’ai failli refuser, mais il était tellement enthousiaste que je n’ai pas pu lui dire non. J’ai préféré prendre les livres et ne pas les lire – pas sûr que ce soit mieux (sûr que ce n’est pas mieux).

Il y a quelques temps, il m’a prêté un autre roman de cette auteure – Les cadavres n’ont pas froid aux yeux – et celui-ci je l’ai lu tout de suite, faisant remonter ma culpabilité à la surface. Et comme je n’aime pas culpabiliser, j’ai sorti le premier tome des Mystères de Druon de Brévaux, Aesculapius.

Je m’attendais à trouver ce roman un peu chiant et compliqué à lire – j’avoue m’être endormie sur une autre série qu’il m’avait prêtée, une histoire de chevaliers, de guerre et de peste.

Que nenni ! Cette histoire est assez passionnante et le personnage de Druon/Héluise est vraiment intéressant. Héluise a dû fuir. Son père a été arrêté et passé à la question pour une histoire de pierre rouge que certains souhaitent s’approprier. Pour ne pas se faire attraper à son tour et voyager en sécurité, Héluise devient Druon, un mire itinérant, un aesculapius (qui se traduit par « médecin exceptionnel »).

Druon fait marcher sa tête, et cela lui est bien utile quand il se retrouve face à un mystère : une bête qui dévore les habitants des terres de la comtesse Béatrice…

On en apprend beaucoup sur la vie au XIVe siècle et notamment sur la médecine et c’est super intéressant – sans être chiant, promis. Vous ne serez donc pas surpris d’apprendre que j’ai immédiatement enchaîné sur le second tome des Mystères de Druon de Brévaux après avoir terminé Aesculapius.

signature

Aesculapius, Les mystères de Druon de Brévaux, tome 1 – Andrea H. Japp – Flammarion – 446 pages (février 2010)

Acheter ce roman chez Cultura

 

Publicités

5 réflexions sur “Aesculapius – Andrea H. Japp

  1. Andrea H. Japp, ça fait des années que je fais un « refus devant l’obstacle » tellement, comme vous, je crains de m’ennuyer ferme…
    Du coup, votre chronique fait remonter la question à la surface ; « j’y vais ou j’y vais pas » ? Ben pour l’instant, « j’y vais pas », je vais attendre votre chronique sur le tome suivant.

    Aimé par 1 personne

  2. Pingback: Lacrimae – Andrea H. Japp | Mademoiselle Maeve

  3. Pingback: Templa Mentis – Andrea H. Japp | Mademoiselle Maeve

  4. Pingback: In anima vili – Andrea H. Japp | Mademoiselle Maeve

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s