Une mer si froide – Linda Huber

photostudio_1530367799600

le-resume

«Juste un moment d’inattention…
Un jour de fin d’été, sur une plage des Cornouailles, Olivia, trois ans, disparaît. Effondrés, ses parents Maggie et Colin attendent en vain que l’Océan leur restitue le corps de l’enfant.
Quelques semaines plus tard, non loin de là, c’est la rentrée des classes pour Hailey, cinq ans. Jennifer s’en fait une fierté mais depuis quelque temps, sa petite fille est distante et craintive, si bien que Jennifer se laisse parfois déborder par la nervosité. D’autant que son mari est absent, qu’elle affronte seule une nouvelle grossesse, et que certaines bribes de son passé lui reviennent comme enveloppées de brouillard.
Alors que Maggie traverse la pire épreuve de sa vie, Jennifer veut redonner l’apparence du bonheur à sa famille fracassée. Intriguée par la fillette mutique, Katie, une jeune institutrice passionnée par son métier, pousse Hailey à mettre des mots sur les démons qui l’étouffent…
Construite comme un thriller, rythmée par l’implacable mécanique du suspense, une poignante histoire de deuil, de maternité, et de résilience.»

monavis

Une mer si froide est le premier roman de Linda Huber. Je l’ai glissé dans ma valise, persuadée qu’il était plus judicieux de lire ce roman à Paimpol, plutôt qu’à la maison, tellement loin de la mer. Certains pourraient me dire que c’est totalement stupide puisqu’il est question de noyade dans ce livre. Mais si j’adore la mer, je ne me baigne pas, donc a priori ce n’est pas si irréfléchi, non mais !

C’est une belle journée d’été en Cornouailles. Maggie, un peu agacée par sa chipie de petite fille qui semble lui préférer son père, la laisse aller le rejoindre, sans la suivre des yeux. Et Olivia disparaît. Comment avancer après ça ? Sans corps à pleurer et avec une énorme culpabilité ?

Mais Une mer si froide n’est pas un roman sur le deuil de Maggie, même s’il m’a fait penser à La noyade pour les débutants de Ruth Hogan. Car dans Une mer si froide on retrouve une autre femme et une autre fillette. Jennifer et Hayley. Je ne vous en dis pas plus, mais je pense que vous ne mettrez pas longtemps à démêler les fils de l’histoire.

Une mer si froide n’est pas un roman à énigme. Le suspense n’est pas dans la quête de l’identité d’un tueur ou de savoir si le héros va s’en tirer. On comprend assez vite l’intrigue. Mais on veut savoir quand et surtout comment tout se dénouera.

J’ai beaucoup apprécié cette lecture et notamment découvrir un personnage comme celui de Jennifer. C’est toujours intéressant d’entrer dans l’esprit de certaines personnes, de se mettre à leur place. Cela permet de réaliser que tout n’est pas toujours simple et manichéen. En tout cas, si j’ai beaucoup aimé ce roman, je peux vous dire qu’il est aussi très efficace durant les grosses chaleurs, puisqu’il a protégé mon visage à Bréhat pendant que je bouquinais…

signature

Une mer si froide – Linda Huber – Charleston noir – 409 pages (juin 2018)

Acheter ce roman chez Cultura

Publicités

4 réflexions sur “Une mer si froide – Linda Huber

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s