Plume fantôme – Isabel Wolff

photostudio_1533402268528

le-resume

« Jenni est ghost writer, une plume fantôme, plus encline à accoucher les autres de leur passé qu’à se tourner vers le sien. Lorsque Klara, une octogénaire désireuse de raconter son internement dans un camp de Java, sous l’occupation japonaise, fait appel à ses services, Jenni s’enthousiasme pour le projet, avant d’apprendre que la vieille dame réside dans un certain village des Cornouailles qui lui est bien familier… Tout en amenant Klara à raconter son enfance, Jenni est contrainte de revenir sur son propre passé. Au contact l’une de l’autre, les deux femmes devront apprivoiser les mots pour apaiser leurs pires démons… »

monavis

J’avais Plume fantôme d’Isabel Wolff dans ma Pile à Lire depuis très longtemps et je me suis dit qu’à défaut de réussir à la faire baisser, j’allais au moins essayer de la renouveler en m’attaquant aux livres depuis trop longtemps à côté de mon lit.

Je ne sais pas pourquoi je ne me suis pas jetée sur Plume fantôme lorsque je l’ai reçu – je l’ai gagné lors d’un concours – d’autant que j’ai lu tous les autres romans d’Isabel Wolff : Les tribulations de Tiffany Trott, Les mésaventures de Minty Malone, Avis de grand frais, Rose à la rescousse, Misérable MirandaLes amours de Laura Quick, Accroche-toi Anna !Un amour vintage et Tout ton portrait.

Plume fantôme, c’est le récit d’une rencontre entre Jenni qui écrit pour les autres et Klara qui pense qu’il est temps de raconter son histoire, son internement dans les camps de Java durant la Seconde Guerre mondiale. Sa meilleure amie perd la mémoire et Klara ne veut pas partir sans livrer ses propres secrets. Mais certains sont plus difficiles à avouer que d’autres. Jenni et Klara vont réaliser qu’elles ont beaucoup de choses en commun ; l’histoire de l’une permettra à l’autre de tourner une page sur la sienne.

Plume fantôme ce n’est pas de la chick-lit et ce n’est pas un roman léger. Ceci-dit, les romans d’Isabel Wolff ne sont pas tous drôles et romantiques, je pense notamment à Un amour vintage qui m’a beaucoup émue. Jenni a vécu un deuil qu’elle a caché à tout le monde et qui risque de lui coûter son couple. Klara a vécu l’enfer dans les camps, la privation, la peur, la mort. Chacune porte une très lourde culpabilité. Et c’est très touchant. Mais ce qui l’est encore plus et ce qui rend ce livre poignant, c’est le récit de Klara. Le quotidien dans un camp de prisonniers, où l’on a un espace de 50 cm pour dormir, où l’on n’a pas à manger à sa faim, où l’on voit des femmes, des enfants mourir chaque jour.

Cette lecture m’a émue. J’y ai retrouvé un peu l’histoire de La route étroite vers le Nord lointain de Richard Flanagan, où l’on découvrait l’histoire de prisonniers dans des camps de travail japonais. Et surtout la folie meurtrière de certains hommes, dès qu’ils ont du pouvoir sur les autres. Mais Plume fantôme est moins difficile à lire, certaines descriptions de Richard Flanagan sont à la limite du supportable. Et pourtant, même s’il s’agit d’un roman, tout comme l’est Plume fantôme, il nous raconte des événements passés, vécus par d’autres. Et peut-être même édulcorés. Cela vaut le coup de lire des romans sur le sujet pour ne pas oublier de quoi l’homme est capable, même si ça flingue le moral…

signature

Plume fantôme – Isabel Wolff – Pocket – 413 pages (septembre 2016)

Acheter ce roman chez Cultura

Publicités

4 réflexions sur “Plume fantôme – Isabel Wolff

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s