Le dernier bain – Gwenaële Robert

photostudio_1528638851360

le-resume
« Paris, an II. La France vibre sous le souffle de la Terreur.
Jane, une jeune Anglaise cachée dans l’appartement d’aristocrates émigrés, Théodose, un moine qui a renié sa foi par peur de la guillotine, Marthe, la lingère de Marie-Antoinette emprisonnée au Temple, David, le fameux peintre et député de la Convention, ou encore une Normande du nom de Charlotte Corday, tout juste arrivée à Paris… Ils sont nombreux, ceux qui tournent autour du logis de la rue des Cordeliers où Marat, cloîtré, immergé dans des bains de soufre, traque les suspects hostiles aux idées de la République.
Il ignore que certains d’entre eux souhaitent sa mort et qu’il ne lui reste plus que trois jours à vivre.
Par cette fiction qui nous propulse dans le cœur battant de l’Histoire, Gwenaële Robert détruit l’image sublime et mensongère que David nous a laissée de son ami Marat. Du bout de sa plume, grâce à un dispositif romanesque et à un sens de la reconstitution impressionnants, elle gratte le vernis de la peinture pour révéler la réalité du monstre. »

monavis

J’ai lu Le dernier bain de Gwenaële Robert en tant que membre du comité de lecture de Cultura de Chambray-lès-Tours. Je l’ai choisi parmi les titres de la rentrée littéraires parce que j’aime bien les romans historiques et les « true stories ».

Le dernier bain fait partie de la collection « Les Passe-murailles » des éditions Robert-Laffont, une collection que je ne connaissais pas, mais sur laquelle je vais me pencher sérieusement. Il s’agit en effet de partir d’une œuvre et de raconter l’histoire qu’elle inspire à un auteur. Et je trouve l’idée tout à fait géniale.

Gwenaële Robert a déjà écrit un roman dans cette collection, Tu seras ma beauté, réinterprétation du Cyrano de Bergerac d’Edmond de Rostand (depuis que je viens de découvrir ce premier roman de Gwenaële, j’ai vraiment envie de le lire !). Là, elle s’est attaquée à La Mort de Marat de Jacques-Louis David peint en 1793. Sur ce tableau que tout le monde connaît pour l’avoir vu dans les manuels d’histoire, on voit Jean-Paul Marat, révolutionnaire français assassiné chez lui le 13 juillet 1793 par Charlotte Corday.

Mêlant grande et petite histoire, Gwenaële Robert nous raconte les derniers jours de Marat, sa maladie qui l’obligeait à passer des heures dans son bain, son passé de médecin. Elle nous raconte la Révolution, l’engouement populaire, la peur aussi, celle des oreilles qui trainent notamment puisque Marat encourageait les citoyens et citoyennes à dénoncer leurs voisins, leurs proches. Elle nous raconte Charlotte, déterminée à éliminer Marat. Mais elle nous raconte aussi la mystérieuse Jane, Marthe la lingère de Marie-Ange erreur et Théodose, le moine qui a dû renier sa foi pour garder la vie sauve.

Ce roman est un très bon portrait de l’époque. C’est bien écrit, bien construit, passionnant. Une très bonne pioche. À découvrir !

signature

Le dernier bain – Gwenaële Robert – Les Passe-murailles de Robert-Laffont – 231 pages (août 2018)

Acheter ce roman chez Cultura

Publicités

8 réflexions sur “Le dernier bain – Gwenaële Robert

    • Allez courage, il suffit de se lancer Pierre. Moi, j’y crois. Et j’ai envie de savoir si ça vous plaira. Pour en revenir au Dernier bain, il est vraiment bien et je pense que je vais me pencher (un jour, quand j’aurais moins de livres dans PAL) sur cette collection.
      Bises,
      Maeve

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s