Les heures rouges – Leni Zumas

photostudio_1528915144386

le-resume
« États-Unis, demain. Avortement interdit, adoption et PMA pour les femmes seules sur le point de l’être aussi. Non loin de Salem, Oregon, dans un petit village de pêcheurs, cinq femmes voient leur destin se lier à l’aube de cette nouvelle ère. Ro, professeur célibataire de quarante-deux ans, tente de concevoir un enfant et d’écrire la biographie d’Eivor, exploratrice islandaise du XIXe siècle. Des enfants, Susan en a, mais elle est lasse de sa vie de mère au foyer – de son renoncement à une carrière d’avocate, des jours qui passent et se ressemblent.
Mattie, la meilleure élève de Ro, n’a pas peur de l’avenir : elle sera scientifique. Par curiosité, elle se laisse déshabiller à l’arrière d’une voiture… Et Gin. Gin la guérisseuse, Gin au passé meurtri, Gin la marginale à laquelle les hommes font un procès en sorcellerie parce qu’elle a voulu aider les femmes. »

monavis

J’ai lu Le heures rouges de Leni Zumas en tant que membre du comité de lecture de Cultura de Chambray-lès-Tours. Le résumé et cette couverture évocatrice (ou alors, c’est mon esprit qui est mal tourné) m’ont rendue curieuse.

Les heures rouges est le premier roman de Leni Zumas publié en France. On y fait connaissance avec plusieurs femmes : la biographe Roberta, l’épouse Susan, la fille Mattie et la guérisseuse Gin. Il y a aussi l’exploratrice islandaise Eivør sur laquelle écrit Roberta.

Roberta a la quarantaine et elle veut un enfant, Susan déprime et en a assez de s’occuper des siens, Mattie est encore une ado et elle ne veut pas aller au bout de sa grossesse et Gin aide les femme à se soigner, des huiles pour soigner les plaies infligées par des maris violents jusqu’aux tisanes qui font passer les bébés. Elles vivent toutes dans un petit village de pêcheurs, en Oregon. Leur histoire se déroule dans un avenir proche du nôtre, dans lequel l’avortement, la PMA sont interdits et l’adoption par des personnes seules sur le point de l’être…

Il a fallu que je me fasse au style, qui n’est pas franchement fluide. Il a fallu que je me confronte à des vagins, des ovaires, des poils pubiens et des kystes (passez votre chemin si vous ne supportez pas les examens gynécologiques) pour entrer dans cette histoire, mais je ne regrette pas de m’être accrochée.

Ce roman fait réfléchir à toutes ces lois qui passent malgré l’opposition des gens. Ces lois qui sont prises par des hommes et qui concernent le corps des femmes. Je suppose que cette lecture peut ressembler à La servante écarlate, que je n’ai honteusement pas encore lu. Mais Les heures rouges me donne envie de ne pas trop tarder. Et surtout de rester attentive à ce qui se passe autour de moi. C’est toujours intéressant de lire des romans qui font réfléchir.

signature

Les heures rouges – Leni Zumas – Presses de la Cité – 408 pages (août 2018)

Acheter ce roman chez Cultura

6 réflexions sur “Les heures rouges – Leni Zumas

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s