Ne reviens jamais – David Bell

photostudio_1540909593358

le-resume

« Lorsque Leslie Hampton meurt de manière inattendue, sa fille Elizabeth est brisée par le chagrin. Quand l’autopsie conclut à un décès par strangulation, la police soupçonne qu’elle a succombé à l’une des crises de colère de Ronnie, le frère d’Elizabeth, handicapé mental, qui vivait avec elle. Elizabeth le croit incapable de meurtre, mais qui d’autre aurait pu vouloir s’en prendre à une vieille dame sans histoire ? Tandis qu’elle se plonge dans le passé familial, Elizabeth va découvrir l’envers dangereux de vies dont elle ignorait tout. »

monavis

C’est plutôt curieuse que j’ai commencé ma lecture de Ne reviens pas de David Bell. On m’annonçait une incursion dans une famille normale qui a pourtant l’air d’avoir beaucoup de secrets, car sinon pourquoi une retraitée sans histoires aurait été assassinée chez elle, sans vol, sans raison particulière ? Enfin, sans raison, a priori.

Depuis la mort de son mari, Leslie s’occupait seule de son fils trisomique. Sa fille  Elizabeth, étudiante à quelques kilomètres, n’était pas franchement proche d’elle. Quand Elizabeth apprend la mort de sa mère et que peu de temps après son frère est suspecté meurt soudainement, personne ne peut croire ce que quelqu’un ait pu l’assassiner, elle. C’est pourtant ce qu’affirme la police. Elizabeth, qui n’était pas très proche de sa mère, va aller de surprises en surprises et réaliser qu’elle ne connaissait vraiment pas sa mère. Et quand son frère est suspecté d’être l’assassin, elle ne sait plus quoi faire…

David Bell nous présente une famille normale. En apparence, du moins. C’est la mort de Leslie qui va faire voler en éclat cette apparente normalité. Et Elizabeth va découvrir que sa mère lui cachait de nombreux secrets…

J’ai plutôt bien aimé cette histoire. Mais arrivée à peu près à la moitié du livre, je me suis demandée pourquoi ce titre, Ne reviens jamais, et pourquoi cette couverture, très urbaine et laissant supposer une histoire de prostitution. Bien loin de notre petite retraitée. A priori.

En avançant dans ma lecture, j’ai fini par comprendre et j’avoue avoir été surprise de voir jusqu’où l’auteur avait envie de nous embarquer. C’est un roman plaisant. Mais il ne restera pas inoubliable. Mais l’un des autres romans de l’auteur me fait de l’œil – c’est souvent comme ça, c’est pénible au bout d’un moment – Fleur de cimetière.

signature

Ne reviens jamais – David Bell – Babel noir – 336 pages (novembre 2018)

Acheter ce roman chez Cultura

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s