L’enfant des Maures – Frédérick d’Onaglia

photostudio_1540567176691

le-resume

« Pour s’occuper de son père malade et assurer la survie de l’entreprise familiale de marrons glacés, Maurine revient vivre auprès de sa soeur dans son village natal de Collobrières. Là, sur les terres de son enfance, la jeune médecin se replonge bientôt dans le drame qui défraya la chronique trente ans plus tôt : un couple mort brûlé vif dans une maison voisine. Mais sa curiosité provoque de violentes réactions au village et bientôt, les passions se déchaînent… »

monavis

L’enfant des Maures est le premier roman de Frédérick d’Onaglia que je lis, mais c’est le onzième roman de l’auteur, installé dans le sud de la France. J’ai lu le résumé avant de voir la couverture et c’est tant mieux parce que je ne me serais sans doute pas arrêtée sur cette dernière. Et je serais passée à côté d’un très bon livre.

Maurine a quitté son village de Provence pour aller faire des études de médecine puis elle a continué sa vie, loin de sa famille. Mais quand son père devient trop malade pour rester chez lui, sous la surveillance de sa sœur, elle décide de revenir à Collobrières. Les retrouvailles avec sa sœur sont tendues, elle n’est pas accueillie à bras ouverts, elle qui a décidé de suivre sa propre voie sans se soucier de sa famille. Son installation en tant que médecin dans le village ne fait pas non plus l’unanimité. Mais Maurine s’accroche et a bien l’intention de se réconcilier avec tout le monde. Et aussi de trouver qui en veut à sa famille, car elle reçoit des lettres de menace… Il faut dire aussi qu’elle commence à remuer le passé et que cela ne plaît pas à tout le monde.

Je pensais lire un livre sympa et distrayant, mais à aucun moment je ne pensais me retrouver totalement happée par ce roman. Et c’est pourtant ce qui est arrivé. J’ai franchement beaucoup aimé l’ambiance, les personnages et l’intrigue. Ces histoires de famille. J’ai vu arriver la fin assez rapidement, mais je ne suis pas déçue, j’ai même été assez contente de moi sur ce coup-là.

Franchement, je pense que je vais me pencher sur d’autres livres de l’auteur, notamment Le faux pas, dans lequel il rend hommage à l’entreprise familiale de fabrication de chaussures. En tout cas, mon histoire avec Frédérick d’Onaglia ne fait que commencer !

signature

L’enfant des Maures – Frédérick d’Onaglia – Charleston – 290 pages (septembre 2018)

Acheter ce roman chez Cultura

lectricecharleston

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s