Tous les Mayas sont bons – Donald Westlake

photostudio_1544363730538

le-resume

« Kirby, un Américain installé au Belize – minuscule Etat d’Amérique centrale -, a acquis un terrain dans la jungle sur lequel il a édifié un faux temple maya avec la complicité de villageois locaux. Ces derniers fabriquent pour lui des « antiquités » qu’il entend vendre à des clients américains. Son but est quand même de s’enrichir le plus possible, on ne va pas se le cacher. Mais lorsque lesdits clients arrivent au Belize en même temps qu’une archéologue idéaliste, certaines complications se font jour. Car l’archéologue est une vraie spécialiste qui sait distinguer le vrai du faux. Comme dit Kirby, « une fichue peste ». »

monavis

Tous les Mayas sont bons est le « nouveau » roman de Donald Westlake paru chez Rivages. Nouveau, pas tout à fait. Il est paru en anglais en 1985, mais il est nouveau en français. De toutes manières, malheureusement l’auteur est décédé en 2008, donc la nouveauté sera forcément relative.

Personnellement, j’adore la série Dortmunder de Donald Westlake. C’est drôle et totalement fou et j’ai plaisir à suivre les aventures de ce beautiful loser et de sa bande de bras cassés qui imaginent des braves plus tordus et loufoques les uns que les autres.

Alors un « nouveau » Westlake, moi ça me met en joie. Le dernier que j’avais lu, Dégâts des eaux, m’avait tellement fait rire que j’avais hâte de me plonger dans cette histoire qui allait forcément être rocambolesque et totalement dingue.

Alors pour commencer, si comme moi, vous adorez Dortmunder, il faut savoir que Tous les Mayas sont bons n’est pas une de ses aventures. Donc point de braqueurs en mousse dans ce roman. Mais Kirby, un Américain installé au Belize. Le Belize, pour ceux qui comme moi ne le savaient pas, se trouve en Amérique centrale, au sud du Mexique et à l’est du Guatemala.

Kirby fait dans le trafic d’antiquités. D’antiquités fabriquées par les villageois avec qui il est en affaire. Le but étant de truanderie des riches Américains crédules. Mais une « fichue peste » d’archéologue vient mettre son grain de sel dans une entreprise qui roulait bien et ça va vite devenir un gros bordel…

Je ne vais pas vous cacher que j’ai été moins séduite que lorsque je lis une histoire de Dortmunder, même si l’on retrouve tous les quiproquos chers à l’auteur. Mais je crois que mon cœur est à Dortmunder. Mais si vous aimez les embrouilles et les histoires de trafic et que vous avez envie de rencontrer des personnages fantasques, n’oubliez pas que Tous les Mayas sont bons. J’ai un peu honte de cette chute.

signature

 Tous les Mayas sont bons – Donald Westlake – Rivages – 400 pages (novembre 2018)

Acheter ce roman chez Cultura

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s