Chantage au presbytère – M.C. Beaton

IMG_20181130_163820__01

le-resume

« Larguée (une fois de plus) par James Lacey, délaissée par son voisin en qui elle mettait ses derniers espoirs, Agatha Raisin déclare la guerre aux hommes en faisant vœu de chasteté… Jusqu’à sa rencontre avec le tout nouveau et très sexy pasteur de Carsely, qui fait l’effet d’une bombe au village : les femmes sont prêtes à tout pour aller à confesse. Quant à notre Agatha, elle retrouve aussitôt la foi… Mais, damned !, voilà que le corps sans vie du pasteur est découvert dans le bureau de l’église. Qui a pu commettre ce geste sacrilège ? Le révérend était-il trop beau pour être honnête ? C’est ce que découvrira peut-être Agatha qui, sans le savoir, vient d’ouvrir une véritable boîte de Pandore… »

monavis

Chantage au presbytère est le treizième tome des aventures d’Agatha Raisin, la plus pimpante des détectives des Cosworth. Et oui, treize. Sur vingt-sept. Ça n’en finit pas, mais pour le moment, je ne suis pas encore rassasiée, alors je continue à me précipiter dans les librairies plusieurs fois par an pour me fournir en M.C Beaton.

Alors, pour ceux qui ne connaissent pas Agatha, elle a vendu son agence de relations publiques pour prendre une retraite ANTICIPÉE en s’acheter un charmant cottage dans les Cosworth. Elle elle s’ennuierait ferme s’il n’y avait pas de meurtres et de mystères dans son petit village – l’organisation de manifestations organisées par la société des dames ne suffiraient pas à la maintenir en forme. Agatha est grognon, affreuse, gentille, elle fume comme un pompier quand elle n’essaie pas d’arrêter, mange des surgelés, se change cinq fois par jour, crapahute sur ses escarpins et bois des gin tonic.

Dans Chantage au presbytère, Agatha tombe sous le charme du nouveau pasteur – comme toutes les femmes célibataires des environs. Mais elle ne va pas avoir le temps de s’attacher, car on va le retrouver assassiné. Évidemment Agatha va s’en mêler, d’autant qu’elle est une des dernières personnes à l’avoir vu. Et pour cette enquête, Agatha va être secondée de son voisin.

L’histoire est sympa et le binôme entre Agatha et son voisin (honte à moi, j’ai oublié son nom) fonctionne bien. Enfin, à peu près. J’avoue que je n’ai pas encore fait le deuil de Charles, je l’aimais bien celui-ci. Oui, alors si vous ne connaissez pas Agatha, il faut savoir que les hommes se succèdent. Elle a besoin de son Robin pour enquêter. Et tomber en pamoison, rêver de mariage, se ridiculiser… Et Charles est clairement mon favori.

Bref, ce treizième tome est plutôt un bon cru, même si je m’interroge sur les amours d’Agatha. Qui sera le prochain à se laisser prendre dans les filets de cette quinqua aux yeux d’ours et aux jambes de rêve ?

signature

Chantage au presbytère – Agatha Raisin enquête tome 13 – M.C. Beaton – Albin Michel – 304 pages (octobre 2018)

Acheter ce roman chez Cultura

Les précédents tomes :
La quiche fatale
Remède de cheval
Pas de pot pour la jardinière
Randonnée mortelle
Pour le meilleur et pour le pire
Vacances tous risques
A la claire fontaine
Coiffeur pour dames
Sale temps pour les sorcières
Panique au manoir
L’enfer de l’amour
Crime et déluge

Publicités

5 réflexions sur “Chantage au presbytère – M.C. Beaton

  1. Pingback: Gare aux fantômes – M.C. Beaton | Mademoiselle Maeve

  2. Pingback: Cache-cache à l’hôtel – M.C. Beaton | Mademoiselle Maeve

  3. Pingback: De Rachel Abbott à Marian Izaguirre | Mademoiselle Maeve

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s