Les cosmonautes ne font que passer – Elitza Gueorguieva

photostudio_1548334945909

le-resume

« Ton grand-père est communiste. Un vrai, te dit-on plusieurs fois et tu comprends qu’il y en a aussi des faux. C’est comme avec les Barbie et les baskets Nike, qu’on peut trouver en vrai uniquement si on possède des relations de très haut niveau. Les tiennes sont Fausses. Les Barbie, tu t’en fous, sauf que Constantza en a une vraie et ça te rend un peu furieuse.
Constantza a un autre grand avantage : elle a une mère en Grèce alors que la tienne reste à la maison. De ce fait découlent quelques autres, de plus en plus déplaisants :
a) elle peut voyager à l’étranger,
b) elle a un éléphant doré et surtout
c) une vraie Barbie.
Une chose te rassure dans ces moments de tristes constats : à l’âge de sept ans, elle n’a aucun idéal précis ni aucune vocation noble comme toi. Iouri Gagarine, elle s’en fout, elle se contente de jouer avec sa vraie Barbie et son faux grand-père qui n’est même pas communiste. »

monavis

J’ai reçu Les cosmonautes ne font que passer d’Elitza Gueorguieva avec My Book Box de novembre 2018, dont le thème était Devenir grand. Mes dernières lectures avec My Book Box ont été des coups de cœur, notamment La femme de Gilles de Madeleine Bourdouxhe, alors j’ai démarré cette lecture dans de très bonnes conditions.

Bon, alors, je vais tout de suite vous libérer d’un suspense insoutenable : je n’ai pas classé ce roman dans la rubrique des coups de cœur, mais il s’en est fallu de peu. Je suis vraiment contente de l’avoir lu – et je suis certaine que je ne l’aurais pas choisi par moi-même, celui-ci. Je précise « celui-ci », parce que j’ai lu un autre des romans de la sélection de ce mois de novembre, Tony Hogan m’a payé un ice-cream soda avant de me piquer maman de Kerry Hudson. Et j’avais bien aimé aussi (mais pas de coup de cœur au rendez-vous non plus).

Elitza Gueorguieva est née à Sofia, en Bulgarie, en 1982. Elle vit depuis quinze ans à Paris où elle se consacre à des projets artistiques multiples entre le documentaire de création, l’écriture littéraire et les performances. Les cosmonautes ne font que passer est son premier roman. Et il a été récompensé par le Prix SGDL André Dubreuil du premier roman 2016.

En de brefs chapitres, la jeune narratrice raconte son enfance en Bulgarie avant et après la chute du mur et la fin du communisme. Ses rêves de devenir une cosmonaute comme Iouri Gagarine puis chanteuse punk après la découverte de Kurt Cobain.

Comme la narratrice, je suis une enfant des années quatre-vingt et je me souviens de ce jour où le mur de Berlin est tombé. Ce livre m’a ramené trente ans en arrière et je me suis sentie drôlement vieille tout à coup… J’avais une vision d’enfant française à la grand-mère ukrainienne. J’ai les mêmes références que la narratrice après la chute du mur, Kurt Cobain, le grunge… C’était aussi l’époque Boys bands, mais ce n’était pas mon genre. Je me suis sentie dans mon élément avec elle. Et le ton est sympa. On nous parle à la deuxième personne du singulier et avec des mots d’enfants, et c’est vraiment charmant.

Alors pourquoi, est-ce que ce n’est pas un coup de cœur ? Simplement parce que cette histoire ne s’est pas frayée un chemin jusqu’à mon cœur pour y laisser son empreinte. Ça ne marche pas à tous les coups. Mais j’ai vraiment passé un bon moment. Et j’ai très envie de revoir Good Bye Lenin! de Wolfgang Becker. Et pour ce qui est des goodies présents dans la box, les gâteaux moelleux sont un lointain souvenir (c’était la box de novembre en même temps !), le badge est accroché à mon sac et je suis actuellement en train de boire un thé aux épices au moment où j’écris ma chronique, pour me mettre dans l’ambiance…

Si vous êtes en pleine nostalgie des années quatre-vingt et que vous avez envie de découvrir un livre très sympa, je vois conseille Les cosmonautes ne font que passer. Et pourquoi pas en allant faire un tour sur My Book Box et en commandant cette box ou une autre ?

signature

Les cosmonautes ne font que passer – Elitza Gueorguieva – Folio – 192 pages (juin 2018)

Acheter ce roman chez Cultura

Une réflexion sur “Les cosmonautes ne font que passer – Elitza Gueorguieva

  1. Pingback: Je vide ma Pile à lire – saison 4 épisode 1 | Mademoiselle Maeve

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s