L’or du chemin – Pauline de Préval

photostudio_1547028614259

le-resume

« L’or du chemin est l’histoire de Giovanni, un peintre imaginaire du début du XVe siècle, le fameux Quattrocento. Vivant dans la Florence enfiévrée qui découvre la Renaissance, proche de Brunelleschi, Masolino et Masaccio, il choisit de suivre une voie singulière, à une époque qui voit éclore une nouvelle vision de l’homme, comme une nouvelle conception de l’art avec l’arrivée au pouvoir des grandes familles de marchands et de banquiers. Roman initiatique, marqué par une quête spirituelle, sur fond d’histoire d’amour, il pose en filigrane la question du salut, s’il en est un : comment harmoniser le ciel et la terre ? Comment rendre l’homme meilleur ? Dans quelle mesure l’artiste peut-il y contribuer ? A quel prix ? »

monavis

J’ai découvert L’or du chemin de Pauline de Préval grâce à Babelio et aux éditions Albin Michel. Très honnêtement, je pense que je n’aurais jamais lu ce roman s’il ne m’avait pas été envoyé, je ne me précipite pas forcément sur les histoires de peintres italiens au XVe siècle.

Ce roman est très court, 140 pages. Je l’ai lu d’une traite (tant pis pour mes 7h de sommeil). Si vous passez de temps en temps ici, vous devez savoir que je ne suis pas une grande fan des romans courts et des nouvelles. A peine entrée dans le roman, je me retrouve éjectée. Alors entre un sujet qui ne le passionne pas particulièrement et une longueur de livre qui ne me convient pas, ma relation avec L’or du chemin semblait mal démarrer.

Et pourtant, ça n’a pas été le cas. Dès les premières lignes, je suis tombée sous le charme des mots écrits par Pauline de Préval. L’or du chemin est son premier roman, mais elle a écrit plusieurs essais et a réalisé des documentaires avant de se lancer dans la fiction.

L’or du chemin est une longue lettre adressée à un destinataire dont on découvre l’identité à la toute fin. Dans cette lettre, Giovanni raconte son enfance de fils de teinturier, puis d’apprenti chez un peintre. Il y raconte son histoire d’amour avec la belle et rebelle Leonora. Et j’ai été captivée. La longueur de ce roman ne m’a finalement pas posé de problème et j’ai aimé pouvoir le lire en une seule fois.

L’histoire avec Leonora est vraiment belle et romanesque. Mais ce qui est le plus beau dans ce roman, c’est l’écriture. Je vous ai dit que j’étais immédiatement tombée sous le charme des mots de Pauline de Préval. La magie a ci tinué jusqu’au bout et j’ai savouré chaque phrase.

Je suis ravie d’avoir lu ce roman, que je n’aurais pas choisi moi-même. Je suis ravie. Vraiment.

signature

L’or du chemin – Pauline de Préval – Albin Michel – 144 pages (janvier 2019)

Acheter ce roman chez Cultura

Publicités

3 réflexions sur “L’or du chemin – Pauline de Préval

  1. Tout à fait d’accord à propos des romans courts et des nouvelles, ils me rendent toujours un peu frustré. N’empêche, votre billet attise ma curiosité, je vais fouiner un peu plus du côté de ce livre.

    Aimé par 1 personne

  2. Pingback: Je vide ma Pile à lire – saison 4 épisode 1 | Mademoiselle Maeve

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s