Le colis – Sebastian Fitzek

photostudio_1551617197871

le-resume

« Vous n’auriez jamais dû accepter ce colis ! Depuis qu’Emma Stein a été violée dans une chambre d’hôtel, la jeune psychiatre est incapable de sortir de chez elle. Elle a échappé à un psychopathe que la presse surnomme « le coiffeur » pour son obsession maniaque à scalper les jeunes femmes qu’il tyrannise, avant de les assassiner sauvagement. Désormais, elle vit dans l’angoisse de croiser sa route à nouveau et croit le reconnaître en chaque homme qu’elle rencontre… bien qu’elle n’ait jamais pu voir son visage. Il n’y a qu’un seul endroit où elle se sente en sécurité : sa maison en bord de lac, dans la banlieue de Berlin. Jusqu’au jour où le facteur lui demande d’accepter un colis pour son voisin. Un homme dont elle n’avait jamais entendu parler, bien qu’elle vive dans sa rue depuis des années… »

monavis

La première fois que j’ai lu (enfin, écouté serait plus juste) un roman de Sebastian Fitzek, il l’a fallu un peu de sang froid pour m’accrocher. Si vous avez lu Passager 23, vous devez comprendre de quoi je parle. Je m’attendais à un thriller sur une croisière et c’est en effet ce que j’ai lu, mais avec toute une première partie qui a été assez insoutenable. Franchement, le simple fait d’y repenser me donne l’impression d’assister à un concert de craies grinçant sur un tableau…

Ça ne m’a pourtant pas découragée. Le colis, paru en 2016 en Allemagne a été le deuxième livre le plus vendu derrière Harry Potter et l’enfant maudit. 1,2 millions de lecteurs. Évidemment, ça rend curieux, un tel succès…

Emma, psychiatre, a été agressée un soir à l’hôtel après une conférence. On l’a retrouvée dans la rue agarde et le crâne rasé. Toujours fragile quelques mois apres et l’arrivée chez elle d’un colis destiné à un voisin va faire basculer une nouvelle fois la vie d’Emma…

J’avais quelques appréhensions en démarrant Le colis – j’avoue que je craignais un peu de me retrouver au cœur d’une histoire glauquissime. Et j’ai été rassurée. En revanche, si vous êtes stressés de nature, je ne sais pas s’il faut vous conseiller ce roman. A la fin de presque tous les chapitres, je ressentais cette angoisse qui monte lorsqu’on a l’impression qu’un danger est juste derrière nous (genre tueur psychopathe qui apparaît dans le miroir de la salle de bain). J’ai donc cru que j’allais mourir de peur un nombre incalculable de fois et j’ai redécouvert cette sensation de sueur froide qui court le long de la colonne vertébrale. Et ça ne m’a pas arrêtée. Au contraire, même.

Après Dans son silence d’Alex Michaelides, c’est le second excellent thriller que je lis en peu de temps. Des thrillers corrects, il y en a beaucoup, des bons, ça arrive encore assez souvent, mais des excellents… Nettement moins. Je me sens donc vraiment chanceuse d’avoir lu Le colis. Et moi qui ne pensais pas vraiment relire un roman de Sebastian Fitzek, j’ai envie de lire ses précédents titres. Sacré revirement, hein ?

En tout cas, si vous aimez les thrillers psychologiques, je vous conseille vraiment de vous pencher sur Le colis, même si vous avez, comme moi, eu des réserves en lisant Passager 23.

signature

Le colis – Sebastian Fitzek – L’Archipel – 350 pages (mars 2019)

Acheter ce roman chez Cultura

 

12 réflexions sur “Le colis – Sebastian Fitzek

  1. Pingback: Je vide ma Pile à lire – saison 4 épisode 3 | Mademoiselle Maeve

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s