Des pêches pour Monsieur le Curé – Joanne Harris

photostudio_1553513360893
photostudio_1555885361723
« A Lansquenet, petit village du sud-ouest de la France, rien ne va plus entre les chrétiens de la commune et les musulmans du quartier des Marauds. Et voici qu’un incendie avive encore les tensions. Plus qu’une solution : appeler à la rescousse Vianne Rocher, l’ancienne chocolatière. Huit ans auparavant, elle avait réconcilié les habitants en les convertissant aux plaisirs gourmands. S’aidant de ses ensorcelantes recettes, elle mène de nouveau l’enquête. Pour se rendre compte que la religion n’est pas la seule responsable des conflits. Et qu’à Lansquenet chacun a ses secrets… Après Chocolat, vendu à plus de douze millions d’exemplaires dans le monde, Joanne Harris nous offre une nouvelle fête des sens, un nouvel hymne à la tolérance. »


photostudio_1555885425446

Après avoir terminé Chocolat, j’ai continué ma découverte de Joanne Harris avec Des pêches pour Monsieur le Curé. On y retrouve Vianne et Anouk et les habitants de Lansquenet, puisque la chocolatière répond à une invitation venue d’outre-tombe à revenir dans le village où tout a commencé.

Pour ceux qui aimerait lire l’ensemble des aventures de Vianne, sachez qu’il y a un autre roman entre les deux, Le rocher de Montmartre et il est quelque fois fait référence dans Des pêches pour Monsieur le Curé à Zozie de l’Alba, un personnage du Rocher de Montmartre. Après, tant pis, je n’aurai pas lu celui-ci, mais ce n’est pas dramatique. En revanche, je suis assez tentée par Classe à part. Si je le trouve au hasard de mes pérégrinations, il est bien possible qu’il rejoigne ma Pile à Lire.

Dans Chocolat, Vianne avait pour ennemi le curé de Lansquenet. Et la religion, dans sa forme la plus archaïque et fermée. Le curé de Lansquenet régissait tout et voyait d’un très mauvais œil l’arrivée de Vianne, une femme seule avec sa petite fille qui, selon lui, détourne ses fidèles de Dieu avec ses chocolats.

Dans Des pêches pour Monsieur le Curé, on retrouve les habitants du village, huit ans après Chocolat. Le curé n’est plus dans les bonnes grâces de l’Église, on le croit responsable d’un incendie, celui de l’ancienne boutique de Vianne, où se trouvait alors une école pour les petites musulmanes du village. Lansquenet a bien changé en huit ans. De nouveaux habitants sont arrivés dans le quartier des Marauds et tout se passait bien jusqu’à l’arrivée d’une femme. Comme si l’histoire se jouait à nouveau. Mais avec de nouveaux alliés et de nouveaux ennemis.

J’ai retrouvé l’ambiance de magie qu’il y avait dans Chocolat. On sait qu’on ne lit pas une histoire tout à fait comme les autres, tout à fait rationnelle. Et c’est ce qui rend Chocolat et Des pêches pour Monsieur le Curé tout à fait pas comme les autres. C’est un joli conte, dans lequel on nous rappelle de ne pas juger selon l’apparence et à ne pas avoir peur des différences, elles empêchent de voir ce qui nous rassemble.

Je suis contente d’avoir sorti  Des pêches pour Monsieur le curé de ma Pile à Lire, j’ai vraiment aimé l’ambiance et le côté irréel de l’histoire, un peu comme si tout se passait dans un rêve. C’est très plaisant. Une jolie découverte.

photostudio_1555881547414
Des pêches pour Monsieur le Curé – Joanne Harris – Charleston – 400 pages (août 2013)

lectricecharleston

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s