La petite couturière du Titanic – Kate Alcott

photostudio_1556280137257
photostudio_1555885361723

« Avril 1912. Tess Collins, jeune Anglaise aspirant à percer dans le milieu de la mode, a de la chance. A peine sur le Titanic, elle fait connaissance de Lucy Duff Gordon, célébrité de la haute couture qui va présenter sa nouvelle collection en Amérique. Sa femme de chambre lui ayant fait faux bond, la créatrice de mode décide de prendre Tess à son service. A bord, la jeune femme fait la rencontre de deux hommes. Mais, tandis qu’un triangle amoureux se forme, le paquebot, sans que ses passagers s’en doutent, fonce vers un iceberg… A New York, Tess intègre l’atelier de lady Lucy. Les talents de modiste de la jeune femme se révèlent bien vite, ses premiers modèles font sensation. Mais son ascension pourrait connaître un coup d’arrêt. Ne se murmure-t-il pas en effet que lady Lucy aurait eu une conduite répréhensible lors du naufrage ? »
photostudio_1555885425446

J’ai découvert Kate Alcott avec Si près des étoiles. Et tout naturellement à la fin de ma lecture, j’ajoutais La petite couturière du Titanic – le premier roman de l’auteure – sur ma liste de courses. Après un si joli coup de cœur, je ne pouvais pas attendre avant de le sortir de ma Pile à Lire et dès que j’ai eu l’occasion, je me suis plongée dans ce roman. Et cette occasion a été des vacances au bord de l’eau. Sans avoir à prendre un bateau.

J’avais adoré Si près des étoiles, qui mêle réalité et fiction et qui surtout m’a fait découvrir l’actrice Carole Lombard. Quel coup de cœur pour cette actrice et surtout cette femme inspirante, que j’aurais aimé connaître et serrer dans mes bras.

J’avais hâte de découvrir le premier roman de Kate Alcott sur le naufrage du Titanic. Je ne connaissais pas vraiment le sujet, n’ayant pas vu le film de James Cameron (et oui), ni lu particulièrement de textes sur le sujet. Je savais tout de même quelques petites choses :  que le navire réputé insubmersible a heurté un iceberg lors de son voyage inaugural en 1912 ; qu’il n’y avait pas assez de canots de sauvetage pour tous les passagers ; que près de 1500 personnes ont péri lors du naufrage. Et voilà, c’était à peu près tout ce que je savais, je le doutais donc que j’allais apprendre beaucoup de choses mais que j’allais devoir aussi faire le tri entre le « vrai » raconté par Kate Alcott et la fiction, car certains personnages de son récit n’ont pas existé, comme la petite couturière Tess, mais aussi les époux Darling, Jim… Des personnages qui semblent pourtant tellement vivants.

Comme je vous l’ai dit, j’ai eu un véritable coup de cœur pour Carole Lombard dans Si près des étoiles. Là, difficile de ressentir la même chose pour Lucy Duff Gordon et son mari Cosmo. Les milliardaires se sont retrouvés au cœur d’un scandale, car ils n’étaient que douze sur un canot qui aurait pu accueillir plus d’une cinquantaine de naufragés. Le couple aurait pris la direction de leur bateau et refusé de faire demi-tour pour venir en aide à quelques naufragés. Bien au contraire. La désinvolture de la créatrice de mode a choqué l’opinion publique. Les années qui ont suivi ont été celles du déclin de sa maison de couture – elle était la première à choisir de montrer ses créations sur des mannequins vivants, mais en plus d’avoir mauvaise presse, elle n’a pas su amorcer le virage de la modernité.

La petite couturière du Titanic est un livre passionnant, difficile à lâcher. Sincèrement. C’est intéressant et touchant. Choquant aussi. L’histoire de ce canot à moitié vide questionne. Il est facile de critiquer les décisions prises par  Lucy Duff Gordon et son mari, mais qu’aurions-nous fait à leur place ? Le témoignage de Jean Darling m’a remué les tripes. Et depuis que j’ai terminé et roman, j’ai parfois des images qui me viennent en tête. Des images affreuses et déchirantes. J’espère qu’elles ne me suivront pas trop longtemps. En revanche, le livre, lui, va me toucher un bon moment. Sans aucun doute. Je vous le recommande, cent fois, mille fois.

photostudio_1555881547414

La petite couturière du Titanic – Kate Alcott – Archipoche – 448 pages (septembre 2017)

Acheter ce roman chez Cultura

Publicités

9 réflexions sur “La petite couturière du Titanic – Kate Alcott

  1. Auteur que je n ai jamais lu. Oui ça doit être une histoire qui remue. On pense à tous ceux qui ont péri, en se demandant si on aurait pu en sauver plus grace à une meilleure organisation… Mais quand on se croit insubmecible, évidement on ne prévoit pas.. Très humain finalement comme scénario.

    Aimé par 1 personne

      • Malheureusement c’est souvent comme ça… La fierté humaine a fait beaucoup de ravage… On attend toujours qu il y ai un drame pour  » redescendre sur terre  » et prendre des précautions… Je pense à la panique que ces gens ont du vivre..
        Très intéressant comme sujet en tout cas
        Bises 😘😘

        Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s