Le bruit des pages – Livia Meinzolt

photostudio_1556722758657
photostudio_1555885361723

« 2016, Paris. La jeune Éva hérite d’une vieille librairie dans le quartier de la Butte aux Cailles. Les seules exigences du propriétaire avec lequel elle s’était liée d’amitié quelques mois plus tôt ? Que la librairie ne soit jamais revendue et qu’Eva y conserve un exemplaire d’un vieux roman russe et un tableau représentant une jeune femme, penchée sur un carnet aux pieds d’un acacia majestueux. Bientôt, Eva se prend à imaginer la vie de la jeune femme du tableau.
Polina Ivanovna Lubiova, une jeune aristocrate russe, pleine de rêves et d’idéaux au cœur de l’hiver 1916. Mais très vite, fiction et réalité semblent de mêler et Eva est réveillée par des rêves de plus en plus étranges… et si le seul moyen de démêler les fils était de se rendre en Russie, sur les traces de Polina, pour comprendre le lien étrange qui l’unit à cette jeune femme qu’elle pensait pourtant tirée de son imagination ? »

photostudio_1555885425446

J’ai profité d’une journée de repos pour me plonger dans Le bruit des pages. L’auteure, Livia Meinzolt a 27 ans. Son premier roman a remporté le Prix du Livre Romantique 2019. Et moi, j’imaginais tout à fait une lecture un peu doudou qui me ferait du bien. Un livre qui parle d’une librairie, d’un testament mystérieux et de la Russie a a priori tout pour le plaire.

Éva a hérité d’une ancienne librairie. Seules conditions : ne jamais la vendre et ne jamais se débarrasser d’un tableau et d’un livre. Elle qui a toujours rêvé d’écrire est prise d’une inspiration soudaine quand elle s’installe. Elle écrit le journal de Polina, jeune aristocrate russe qui tombe sous le charme de Sascha en 1916, alors que Sergueï lui fait la cour. Rapidement, Éva commence à penser comme Polina, alors qu’elle-même passe beaucoup de temps avec un jeune Russe qui ressemble à Sergueï…

L’idée de la librairie m’enthousiasmait. Malheureusement, elle n’est pas vraiment exploitée. Éva s’installe dans la maison après avoir oublié pendant un moment cet héritage (d’un point de vue totalement pragmatique, je crains qu’il soit difficile d’oublier un legs sur lequel on paie des droits de succession et des impôts chaque année, mais admettons). Après avoir trié les vieux livres, elle se plonge dans l’histoire de Polina.

Le livre est bien écrit. L’héroïne est fraîche et parfois un peu fébrile (il faut dire qu’elle abuse un peu du café pour pouvoir écrire toute la nuit et cela se ressent à la lecture, c’est amusant). Après, sans rien avoir à reprocher à l’histoire, je n’ai pas été embarquée. Je n’ai pas vibré. J’ai passé un bon moment de lecture, mais ce n’est pas un coup de cœur. Mais ce livre a remporté le prix du Livre romantique des éditions Charleston et il a séduit le jury, dont Clarisse Sabard, alors il pourrait bien vous plaire.

photostudio_1555881547414

Le bruit des pages – Livia Meinzolt – Charleston – 350 pages (avril 2019)

Acheter ce roman chez Cultura

lectricecharleston

Publicités

Une réflexion sur “Le bruit des pages – Livia Meinzolt

  1. Pingback: Je vide ma Pile à lire – saison 4 épisode 5 | Mademoiselle Maeve

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s