Laissez-moi faire – Gélou Morel

photostudio_1559476668271
photostudio_1555885361723

« À 17 ans, Gélou a gagné la célébrité et la fortune en interprétant le rôle principal d’une série télévisée pour adolescents. Oui, mais aujourd’hui, elle a 30 ans. La série s’est arrêtée, Gélou a dépensé tout son argent (avec l’aide des impôts) et ceux qui se souviennent d’elle trouvent qu’elle a beaucoup vieilli… depuis ses 17 ans ! Devrait-elle se résigner à être démodée prématurément ? Ce n’est pas son style ! Pour reconquérir le succès, elle est prête à tout ! Vraiment tout ! Y compris reprendre au cinéma le rôle qui l’avait rendue célèbre 13 ans plus tôt ! Et même, partager l’affiche avec Sophie Sagnet, la garce qui lui a pris l’homme qu’elle aimait, juste parce qu’il était un journaliste influent ! La confrontation des deux femmes s’annonce difficile, certes ! Mais il en faudrait davantage pour effrayer Gélou… Qui ne s’aperçoit même pas qu’elle se précipite et nous entraîne à sa suite dans une cascade d’aventures improbables, entre suspense et fous rires ! »

photostudio_1555885425446

La couverture de Laissez-moi faire de Gélou Morel affiche clairement son côté girly, avec tout ce rose, les escarpins et le tube de rouge à lèvres. Sans lire le résumé, on imagine un roman féminin, peut-être un peu sexy, se déroulant dans le milieu du cinéma. Si je vous en parle, c’est que cela a clairement eu une influence sur mon attitude en commençant ma lecture. Au lieu de me plonger super détendue dans ce livre, j’ai été un peu méfiante, parce que je craignais qu’il soit plus sexy que léger.

Gélou, la narratrice, a joué pendant longtemps dans une sitcom. Et puis, lorsque tout s’est arrêté, sa carrière n’a pas décollé. Pour gagner sa vie, elle fait du doublage de films pornos des pays de l’est. Alors quand on lui propose de jouer dans un film inspiré de « sa » série, elle saute sur l’occasion. Même si pour cela, elle doit partager l’affiche avec la nana qui lui a piqué son mec.

Au début du roman, j’ai eu un peu peur. J’ai trouvé que Gélou était superficielle et pas super sympa, qu’elle s’accrochait à un mec que je ne tenterais pas de refiler à ma pire ennemie (si j’en avais une) et qu’il y avait un peu trop de points d’exclamation. Je me disais donc que cette lecture ne serait pas des plus agréables.

Derrière le nom de Gélou Morel se cache quelqu’un de connu. Voici ce que dit la quatrième de couverture : « une personnalité de la télévision et du cinéma qui a divorcé d’avec le directeur d’une chaîne de télévision « payante » pour partager la vie d’un homme politique. Gélou a choisi de se reconvertir dans la littérature policière. Elle a publié plus de 600 nouvelles dans la presse féminine. Dans ce premier roman, quasi autobiographique, Gélou règle quelques comptes en décrivant avec autant d’humour que de lucidité, et sous des surnoms à peine modifiés, certains acteurs, réalisateurs, producteurs et célébrités du monde du cinéma et de la télévision, que les lectrices attentives pourront aisément reconnaître. » Je ne dois pas être très attentive parce que je n’ai aucune idée de qui se cache derrière l’autrice. C’est vexant. En même temps, je n’y connais rien en potins mondains et autres couples faisant la couverture des magazines people (cela dit, je demanderai à ma collègue, elle devinera peut-être). Du coup, la méfiance et le désespoir de ne pas avoir immédiatement deviné qui était Gélou étaient au rendez-vous. Avouons qu’il y a mieux comme état d’esprit en commençant un livre…

Au lieu de me lamenter, j’aurais mieux fait de bien lire la quatrième de couverture, j’aurais ainsi vu qu’il était question de littérature policière. Ce qui change tout. Vous me connaissez, un petit meurtre et mon moral remonte en flèche. Et en plus, l’héroïne gagne à être connue – elle est sympa et finalement pas si superficielle. Il fallait sans doute que je lâche prise et que je me fasse au style de l’autrice. L’héroïne nous parle, c’est un peu comme si nous étions autour d’une bière, ou plutôt d’un cocktail genre cosmo en terrasse d’un café à l’écouter nous raconter une aventure parfois rocambolesque et presque tout le temps captivante.

Ce qui démarrait mal s’est transformé en un très chouette moment de lecture – et l’histoire m’a même fait rire, ce qui n’est pas super évident quand on sait le nombre de roman dits drôles qui m’ont à peine fait sourire. Bref, une très chouette surprise et je suis déjà prête pour le prochain Gélou Morel que je commencerai dans un excellent état d’esprit, c’est certain.

photostudio_1555881547414

Laissez-moi faire – Gélou Morel – Marivole – 237 pages (mai 2019)

Acheter ce roman chez Cultura

Publicités

Une réflexion sur “Laissez-moi faire – Gélou Morel

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s