Les gratitudes – Delphine de Vigan

photostudio_1556993332830
photostudio_1555885361723

« Je suis orthophoniste. Je travaille avec les mots et avec le silence. Les non-dits. Je travaille avec la honte, le secret, les regrets. Je travaille avec l’absence, les souvenirs disparus, et ceux qui ressurgissent, au détour d’un prénom, d’une image, d’un mot. Je travaille avec les douleurs d’hier et celles d’aujourd’hui. Les confidences.
Et la peur de mourir.
Cela fait partie de mon métier.
Mais ce qui continue de m’étonner, ce qui me sidère même, ce qui encore aujourd’hui, après plus de dix ans de pratique, me coupe parfois littéralement le souffle, c’est la pérennité des douleurs d’enfance. Une empreinte ardente, incandescente, malgré les années. Qui ne s’efface pas.
Michka est en train de perdre peu à peu l’usage de la parole. Autour d’elles, deux personnes se retrouvent : Marie, une jeune femme dont elle est très proche, et Jérôme, l’orthophoniste chargé de la suivre. »
photostudio_1555885425446

Je ne connais pas très bien Delphine de Vigan. D’elle, je n’avais lu que D’après une histoire vraie, que j’avais bien aimé, mais pas non plus adoré. Je n’étais donc pas sûre de lire un autre de ses romans. Et puis, faible que je suis, j’ai vu passer de nombreux avis sur internet à propos des Gratitudes. Tous enthousiastes. Alors j’ai craqué, je l’ai emprunté à la bibliothèque, ce temple de la tentation dans lequel je travaille.

Michka vieillit et elle ne peut plus rester chez elle. Elle a peur toute seule. Alors, elle entre dans un EHPAD. Deux personnes lui rendent visites. Marie et Jérôme. La première est un peu comme la petite fille de Michka. Le second est orthophoniste et il rend visite à la vieille dame qui souffre d’aphasie, ce qui veut dire qu’elle perd ses mots.

On alterne les points de vue de l’un et de l’autre, Jérôme et Marie, entrecoupés de cauchemars de Michka, dans lesquels la directrice de l’EHPAD lui demande d’être rentable, performante et utile. Son installation dans l’établissement, le constat de ses difficultés, les mots qui filent, son impression d’avoir tout le temps perdu quelque chose, sans savoir quoi… Tout cela la travaille et la poursuit dans ses rêves.

Je ne suis pas très fan des romans courts. J’ai souvent l’impression d’être éjectée de l’histoire alors qu’elle commence à peine. Mais là, avec Les gratitudes, je n’ai pas ressenti cela – bon, je n’aurais pas détesté un peu plus de densité.

J’ai commencé ce livre en larmes après avoir terminé un livre qui m’a beaucoup émue. Je me suis dit que ça me changerait les idées, que j’arrêterai d’être triste. Grossière erreur !

Les gratitudes est quand même drôle par moment. Impossible de ne pas sourire de l’aphasie de Michka, même avec toute la compassion du monde. Car ces mots qu’elle remplace par d’autres rendent les conversations totalement surréalistes – et tout à fait charmantes. Mais l’on voit aussi que Michka lâche prise, qu’elle « lâche la rampe », comme le dit Jérôme. Et ça serre le cœur. Cela nous renvoit tous à nos vies, nos proches. Moi évidemment, j’ai pensé à ma vie, mes proches. Et cette histoire m’a un peu remuée.

Je comprends ceux qui ont eu envie de dire Merci à Delphine de Vigan pour Les gratitudes. Un joli livre sur ce sentiment que l’on ressent, mais que l’on exprime pas vraiment, pas souvent. A tort. Parce qu’à un moment, il sera peut-être trop tard pour dire aux gens qu’on aime qu’on les aime, pour dire merci à ceux qui ont pris soin de nous.

Moi aussi, j’ai envie de dire merci pour ce livre. Merci d’avoir serré mon cœur, merci pour Michka. Merci pour les souvenirs qui sont remontés à la surface. Alors, « Delphine… » « Merdi. »

Vous ne serez donc pas surpris lorsque je vous dirai que j’ai emprunté Les loyautés à la bibliothèque. Histoire de parfaire ma connaissance de l’œuvre de Delphine de Vigan. Je vous en parle bientôt.

photostudio_1555881547414

Les gratitudes – Delphine de Vigan – JC Lattès – 172 pages (mars 2019)

Acheter ce roman chez Cultura

Publicités

5 réflexions sur “Les gratitudes – Delphine de Vigan

  1. Pingback: Les loyautés – Delphine de Vigan | Mademoiselle Maeve

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s