Vol 744 pour Le Pouliguen – Rémi Devallière

photostudio_1564828283050
photostudio_1555885361723

« Septembre 1992 : un petit avion privé en provenance de Zurich via Paris – vol 744 – se crashe sur l’aérodrome de la Côte d’Amour à La Baule Escoublac et prend feu. Selon le plan de vol, trois passagers avaient pris place à bord. Parmi eux, le grand couturier Aldo Palmavira et son photographe attitré, venus réaliser l’album de la prochaine collection de printemps, au Pouliguen. La notoriété du personnage pousse les autorités gouvernementales à envoyer le commissaire Anconi sur place. Les premières constatations révèlent la présence d’un seul corps dans la carcasse du Cessna 340 calciné… D’emblée, l’affaire sent le soufre ! La haute couture, la finance, le passé de chacun… autant de pistes sur lesquelles un avion peut s’écraser ! »

photostudio_1555885425446

Vol 744 pour Le Pouliguen de Rémi Devallière m’a été offert par ma copine Chloé – Somewhere over the teapot pour ceux qui connaissent son blog – petit clin d’œil à un week-end baulois que nous nous apprêtions à passer ensemble. Et je l’ai lu sur place, imaginant me mettre à la place de l’enquêteur et partir sur les traces d’un tueur au Pouliguen – j’ai de l’imagination à revendre, comme vous pouvez vous en douter (si ce n’était pas déjà fait).

Alors, quand on se lance dans un roman policier régional ou local – je ne sais pas trop comment on appelle ce type de livres – on sait qu’on ne va pas lire un candidat au Goncourt. Au mieux, on passera un bon moment, au pire on lira un livre très moyennement écrit. Car l’objectif principal de ces ouvrages est d’ancrer une histoire dans une ville et que le lecteur s’y promène à travers l’histoire, pas de proposer l’enquête du siècle.

Dans Vol 744 pour Le Pouliguen, le commissaire Anconi est envoyé à La Baule pour assister son ami Marteau dans une enquête des plus sensibles. Un avion privé vient de s’écraser près de la forêt d’Escoublac. Il y a une victime, et il se pourrait que ce soit le grand couturier Aldo Palmavira – en tout cas il faisait partie des trois personnes présentes au départ du Cessna. La France est en émoi, le directeur de la police au bord de l’apoplexie. Et Anconi submergé de missives menaçantes de la part de son chef. Ce qui ne l’empêche pas de faire un peu de tourisme et quelques restaurants dans le coin – on ne va pas se laisser aller, hein !

Très franchement, il ne s’agit pas du roman du siècle. Je n’ai pas passé un mauvais moment, mais je ne suis pas certaine de me souvenir longtemps de l’intrigue… En tout cas, impossible de deviner le dénouement, l’intrigue part dans tous les sens. Je ne savais pas du tout où l’auteur allait m’emmener. Et c’est la bonne surprise.

Est-ce que je vous le conseille ? Oui, si vous êtes nostalgique du Pouliguen et que vous avez besoin d’un shoot rapide. Mais sinon, pas franchement…

photostudio_1555881547414

Vol 744 pour Le Pouliguen – Rémi Devallière – Éditions Alain Bargain – 368 pages (mai 2018)

3 réflexions sur “Vol 744 pour Le Pouliguen – Rémi Devallière

  1. Pingback: Je vide ma Pile à lire – saison 4 épisode 8 | Mademoiselle Maeve

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s