Où bat le cœur du monde – Philippe Hayat

photostudio_1567094904903
photostudio_1555885361723

« Sa musique décrivait un coin du ciel, une façade éclaboussée de lumière, invisibles sans jazz. Il jouait et la joie se réveillait d’un rien et de partout.
À Tunis dans les années trente, Darius Zaken est frappé de mutisme après la disparition brutale de son père. Elevé par sa mère Stella qui le destine aux plus hautes études et sacrifie tout à cette ambition, il lutte pour se montrer à la hauteur. Mais le swing d’une clarinette vient contredire la volonté maternelle. Darius se découvre un don irrésistible pour cet instrument qui lui redonne voix. Une autre vie s’offre à lui, plus vive et plus intense. De la Tunisie française aux plus grandes scènes du monde, en passant par l’Europe de la Libération et l’Amérique ségrégationniste, cette fresque est un magnifique roman d’initiation et d’émancipation, mené au rythme étourdissant du jazz. »

photostudio_1555885425446

Où bat le cœur du monde est le second roman de Philippe Hayat. Un roman qui, selon le résumé, promet au lecteur un voyage à travers les années et les continents. Un voyage en musique. Pour ma part, je ne connaissais pas l’auteur et je ne suis pas très familière du jazz. Disons que si j’aime bien certains morceaux, ce n’est pas la musique qui me fait vibrer. Mais le résumé m’a donné envie, laissent entendre des blessures entre les notes et les silences.

Enfant, Darius est marqué par la mort violente de son père, roué de coups devant lui. Avec son père, disparaissent aussi le rire de sa mère et sa voix à lui. À partir de là, Darius ne prononcera plus une parole. Lui, le petit gars blanc, juif, muet et boiteux se prend de passion pour la clarinette. Il cherche les sons parfaits, ceux qui lui permettront d’exprimer tout ce qu’il a sur le cœur et de toucher ceux qui l’écoutent.

Où bat le cœur du monde est un roman sur la musique, et qui aborde aussi d’autres thèmes, comme la guerre, la ségrégation, les choix de vie, l’attachement à la famille et la différence. C’est bien écrit, on voyage entre la Tunisie et les États-Unis. L’histoire d’un musicien de grand talent qui a réussi à s’imposer dans un monde qui ne semblait pas fait pour lui.

Je n’ai pas eu de coup de cœur, je n’ai pas vibré au son du jazz, mais c’est tout de même un bon roman qui vous plaira certainement si vous aimez l’ambiance des boîtes de jazz. Moi, je suis restée un peu sur ma faim, Darius ne m’ayant pas touchée autant que je l’espérais.

photostudio_1555881547414

Où bat le cœur du monde – Philippe Hayat – Calmann-Lévy – 430 pages (août 2019)

Acheter ce roman chez Cultura

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s