Honoré et moi – Titiou Lecoq

photostudio_1574973209816
photostudio_1555885361723

« Parce qu’il était fauché, parce qu’il a couru après l’amour et l’argent, parce qu’il finissait toujours par craquer et s’acheter le beau manteau de ses rêves, parce qu’il refusait d’accepter que certains aient une vie facile et pas lui, parce que, avec La Comédie humaine, il a parlé de nous, j’aime passionnément Balzac.
Tout le monde connaît Balzac, mais bien souvent son nom reste associé aux bancs de l’école. Avec la drôlerie qu’on lui connaît, Titiou Lecoq décape le personnage. Elle en fait un homme d’aujourd’hui, obsédé par l’argent, le succès, l’amour, dans un monde où le paraître l’emporte sur le reste. Sous sa plume, ce géant de la littérature devient plus vivant que jamais. »

photostudio_1555885425446

Nous, en Touraine, on aime bien Balzac. Il faut dire que l’auteur est né à Tours en 1799 et que c’est un peu la classe à Dallas. D’ailleurs à l’occasion  de l’anniversaire des 220 ans de sa naissance, des manifestations ont été programmées toute l’année à Tours. Mais en dehors de cette année toute balzacienne, on a tout de même le château de Saché que j’adore. Honoré de Balzac s’y est souvent rendu, pour écrire et fuir les créanciers. Saché a servi d’inspiration pour Le Lys dans la vallée.

Honoré et moi de Titiou Lecoq m’a donné envie dès que je l’ai vu. Sans doute en partie à cause de cette année Balzac, je vois l’auteur partout depuis le début de l’année – façon de parler, mais il y a des affiches partout, des expositions, des spectacles… – j’ai donc été lentement préparée et influencée à me jeter sur ce livre à sa sortie. Et pourtant, Balzac n’est pas mon auteur classique favori – #teamhugo.

J’ai lu récemment un Balzac, Peines de cœur d’une chatte anglaise, je ne vous raconte pas l’ennui… Et pourtant donc, j’avais envie de lire cet Honoré et moi. Va comprendre… En tout cas, une chose est certaine : j’ai bien fait d’avoir eu envie de le lire, parce que c’est un livre vraiment super intéressant et qui dépoussière totalement Balzac – j’ai presque envie de lire un autre Balzac, c’est dire ; j’ai dit presque.

Titiou Lecoq est journaliste, essayiste, blogueuse et féministe. Elle a écrit deux romans dont Les morues et plusieurs essais dont Libérées ! Le combat féministe se gagne devant le panier de linge sale, dont on a beaucoup parlé à sa sortie.

J’ai lu cette biographie comme un bon thriller. J’étais happée par l’histoire de ce beautiful loser, qui avait une façon très particulière de gérer son argent. Honnêtement, je savais qu’il fuyait les créanciers quand il venait chez Monsieur de Margonne à Saché et qu’il marchait de Tours jusqu’au château – vingt-cinq kilomètres – car il n’avait pas de quoi se payer le trajet. Mais je n’avais pas imaginé l’ampleur de ses dettes ! Ni ses idées pour se renflouer. Grâce à Titiou Lecoq, j’ai découvert un auteur attachant, féministe, précurseur et terriblement poissard. Un génie incompris, né peut-être à la mauvaise époque. Il m’a émue, il m’a fait sourire et m’a énervé. Mais j’ai eu vraiment la sensation de faire sa connaissance. Et d’apprécier. Alors chapeau bas, Titiou Lecoq.

Voir ma chronique sur France Bleu Touraine en vidéo :

photostudio_1555881547414

Honoré et moi – Titiou Lecoq – L’iconoclaste – 297 pages (octobre 2019)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s