Le goût du baiser – Camille Emmanuelle

photostudio_1577911863702
photostudio_1555885361723

« Pour ce premier roman de la collection L’Ardeur, Camille Emmanuelle nous plonge dans le quotidien d’Aurore, lycéenne, bouleversée par un accident de vélo qui lui fait perdre le goût et l’odorat. Comment cacher ce handicap au lycée et continuer de mener une vie normale ? Comment poursuivre une vie sexuelle à peine amorcée quand on ne sent plus rien ? Les entraînements de boxe seront son échappatoire et aussi le lieu où elle rencontrera Valentin.
Avec humour et justesse, Camille Emmanuelle nous entraîne dans un parcours initiatique réjouissant.« 

photostudio_1555885425446

L’une de mes collègues m’a demandé si je pouvais lire Le goût du baiser afin qu’elle puisse avoir un autre avis que le sien sur ce roman. J’ai dit oui et j’ai embarqué le livre sachant seulement qu’il s’agissait d’un histoire érotique pour ados – oui érotique pour ados – et que c’était un peu too much. My God, ça promettait.

A la suite d’un accident de vélo, Aurore perd le goût et l’odorat. Elle cache cette infirmité pour ne pas être considérée comme une handicapée, d’autant que le beau gosse du lycée semble avoir remarqué son existence. Mais pas facile de se sentir bien dans ses baskets quand on souffre d’agueusie (perte du goût) et d’anosmie (perte de l’odorat) et d’avoir un comportement absolument normal. Et d’apprécier les saveurs et les odeurs de la peau, des baisers, alors même que l’on découvre sa sexualité. La question du handicap d’Aurore est intéressante, elle permet d’aborder l’importance du goût et de l’odeur de l’autre dans une relation. Mais il n’y a pas que cela. L’adolescente se retrouve à une soirée à boire de l’alcool comme si c’était de l’eau – un garçon en profite d’ailleurs pour lui servir plusieurs verres avant de l’emmener dans une chambre ; elle craint sans cesse de sentir mauvais ; elle n’a plus d’appétit et plus vraiment d’envie.

Camille Emmanuelle est journaliste et essayiste. Elle s’intéresse particulièrement aux questions de sexualité, de corps, de culture érotique et de féminisme. Le Goût du baiser est son premier roman.

Il aborde plein de thèmes : la masturbation, le harcèlement, l’homosexualité, la première fois, le féminisme, la grossophobie… C’est riche, mais c’est aussi un peu too much. Et j’ai eu du mal à croire en ce personnage tellement en phase avec son corps. A seize ans, ça me semble un peu fou. Mais je suppose que c’est une manière de parler aux adolescentes pour leur dire qu’elles pourraient elles aussi, se sentir bien dans leurs culottes. Alors pourquoi pas ?

photostudio_1555881547414

Le goût du baiser – Camille Emmanuelle – Thierry Magnier – 220 pages (octobre 2019) – dès 15 ans

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s