Ce qui fait battre nos cœurs – Florence Hinckel

photostudio_1573314960469
photostudio_1555885361723

« A la moindre émotion, la petite sœur d’Esteban est en danger : elle vit avec un coeur artificiel bas de gamme. En 2030, le marché propose pourtant des organes performants, fabriqués par la société Organic… encore faut-il pouvoir se les payer. Désespéré, Esteban kidnappe Leila, une jeune fille célèbre car « artificielle » à 96%, ainsi que Noah, le riche héritier d’Organic. Le deal ? Il relâchera les otages s’il obtient un nouveau cœur pour sa sœur. Commence une nuit de cavale retransmise en direct sur les réseaux sociaux. »

photostudio_1555885425446

Ce qui fait battre nos cœurs de Florence Hinckel fait partie de mes lectures de travail – j’ai conscience qu’il y a pire comme lecture de boulot que des romans jeunesse, je pourrais devoir lire des procès-verbaux par exemple ou des notes de service, des notices ou des manuels de fiscalité, peut-être que vous, vous aimez bien, mais moi pas trop, je préfère les romans jeunesse. Et ça tombe bien.

Mais Ce qui fait battre nos cœurs ne m’enthousiasmait pas plus que ça : un truc du futur, avec des gens qui ont des organes artificiels. Pas franchement le genre de livre vers lesquels je me tourne d’habitude, parce que ce n’est clairement pas ma tasse de thé. Mais bon…

Esteban s’inquiète beaucoup pour sa petite sœur qui est très malade. On lui a greffé un cœur artificiel bas de gamme, parce que sa mère n’avais pas de quoi payer pour un modèle high-tech, et ce « cœur sécu » pourrait bien lâcher à tout moment. Alors Esteban tente le tout pour le tout en kidnappant le fils du fabriquant de prothèses et La fille artificielle. Il espère ainsi obtenir d’Organic un cœur tout neuf pour sa sœur. Le kidnapping va se transformer en road-movie suivi sur les réseaux sociaux avec des sympathisants s’insurgent devant une santé à deux vitesses et ceux qui sont contre la technologie – les deux otages d’Esteban ne sont pas très populaires auprès d’eux.

Étonnamment, ce roman n’était pas aussi inintéressant que je le craignais. J’y ai retrouvé un mouvement semblable à celui des Gilets jaunes, des interrogations sur l’éthique, l’intelligence artificielle, les lobbies. Florence Hinckel est une scientifique qui écrit pour les enfants et les adolescents et elle écrit régulièrement sur l’Intelligence artificielle, les réseaux sociaux et le transhumanisme.

Et surtout, j’y ai retrouvé un truc dingue : le nom de la ville dans laquelle j’ai grandi, où habitent encore mes parents. Une petite commune de moins de 6000 habitants, connue pour avoir le vélo le plus grand du monde et pour sa grande implication dans le Téléthon.  Et n’est pas tous les jours que je peux lire Noyal-sur-Vilaine dans un roman. Et ça a rendu ce livre un peu particulier. Et franchement, en plus, il n’est pas si mal. Bonne surprise en somme.

photostudio_1555881547414

Ce qui fait battre nos cœurs – Florence Hinckel – Syros – 445 pages (août 2019) – dès 11 ans

Une réflexion sur “Ce qui fait battre nos cœurs – Florence Hinckel

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s